Image Pitane

Une image émerge des fichiers Uber des autorités fiscales retardant délibérément les demandes d'informations d'autres pays sur l'entreprise.

En 2014 et 2015, les autorités fiscales néerlandaises ont ignoré les conventions fiscales de l'UE et bafoué les règles visant à protéger autant que possible la société de taxis américaine Uber. La revue spécialisée Passenger Transport Magazine a découvert dans des morceaux du FD que le service avait fait pression sur le fisc français à la demande d'Uber. Selon le DF, le professeur de droit fiscal Jan van de Streek qualifie les actions des autorités fiscales d'illégales, de problématiques et de sape.

«Il y a toutes sortes de contacts informels avec Uber, des hauts fonctionnaires se mêlent personnellement de cette entreprise alors qu'ils ne devraient normalement pas. Et qu'Uber est tenu à l'abri du vent. Nous avons établi qu'un certain nombre de règles et de lois y ont été enfreintes", déclare le journaliste du FD Johan Leupen.

L'enquête du FD montre que les hauts fonctionnaires du fisc ont bafoué les règles et ignoré les conventions fiscales pour plaire aux Américains. Selon le journal, les autorités fiscales néerlandaises ont non seulement enfreint les règles en 2015, mais cela peut également être punissable. Les fichiers Uber présentent une image de fonctionnaires du fisc retardant délibérément les demandes d'informations d'autres pays sur l'entreprise et divulguant de manière informelle des informations confidentielles sur d'autres autorités aux employés d'Uber. Le fisc a également fait pression sur les Français pour obtenir un régime fiscal plus convivial pour la compagnie de taxis américaine.

"Lorsqu'ils déterminent le montant de la taxe qu'Uber doit payer, les Pays-Bas veulent aider à maintenir une image floue à ce sujet pendant longtemps. Ils travaillent sur un modèle de revenus qui n'est en fait pas légal, il faut donc faire pression légalement, et les autorités fiscales néerlandaises créent ce temps pour eux ».

"Ce n'est nulle part noir sur blanc pourquoi l'administration fiscale et douanière fait cela, tout cela est informel, beaucoup se fait aussi par téléphone. C'est aussi délibérément non documenté je pense. Uber sait aussi qu'ils ne sont probablement pas autorisés à faire des choses.

« Nous recevons de nombreux signaux indiquant que le climat des affaires aux Pays-Bas est extrêmement important. Ce climat des affaires est très présent dans l'esprit des politiciens et des fonctionnaires. Que les soins Uber viennent d'en haut, c'est sûr."

Selon le professeur de droit fiscal Jan van de Streek de l'Université de Leiden, l'administration fiscale et douanière a "illégalement sapé la coopération avec d'autres autorités fiscales". Van de Streek est arrivé à cette conclusion après avoir étudié The Uber Files à la demande du FD. Il s'agit d'une série de documents divulgués qui sont entre les mains du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) et de The Guardian, auxquels le FD, Trouw et la plateforme de recherche Investico pour les Pays-Bas ont accès.

Lire aussi  Le pouvoir du lobby : comment Uber et Bolt bloquent la protection de l’UE
(Le texte continue sous la photo)
le fisc a fait pression sur le fisc français à la demande d'Uber.

Les e-mails internes, les procès-verbaux et les messages WhatsApp montrent à quel point la coopération était étroite entre les hauts responsables fiscaux néerlandais et les meilleurs experts fiscaux d'Uber. En interne, le top européen d'Uber basé à Amsterdam décrit la relation avec le fisc néerlandais comme une "relation très précieuse". Un euphémisme : le fisc a coordonné à l'époque une enquête fiscale multilatérale sur Uber. À ce titre, le fisc « protégeait » les Américains contre les autres États membres européens.

Uber a eu du fil à retordre pendant cette période, la plateforme était en désaccord avec diverses autorités européennes à cause de son service illégal Uberpop, qui permettait aux chauffeurs de conduire sans permis. L'entreprise a donc fait un lobbying frénétique à Bruxelles pour sortir son modèle de revenu de l'illégalité et gagner du temps. Là-bas, la commissaire européenne Neelie Kroes faisait depuis un certain temps un lobbying informel pour les Américains.

Aux Pays-Bas, cette offensive a réussi, il s'avère. Parce que lorsque la Suède et le Royaume-Uni ont demandé des données sur les revenus des chauffeurs Uber aux autorités fiscales néerlandaises en 2014 pour déterminer le montant d'impôt qu'ils devaient payer, leurs demandes formelles ont été formées par les autorités fiscales. Ils ont même reçu "la priorité absolue la plus basse", a écrit Rob van der Woude, responsable des affaires fiscales au siège européen d'Uber, en juillet 2015.

"Ils m'ont dit qu'ils ne répondaient pas aux demandes des autres États membres européens pour que nous ayons le temps de 'mettre de l'ordre dans nos affaires' et de travailler sur des percées réglementaires", écrit-il en octobre 2015. Et donc Uber a poursuivi. entre les mains des autorités, et les Américains ont eu tout le temps de masser les responsables gouvernementaux nationaux et la politique bruxelloise.

Cependant, ce n'était pas seulement l'affaire des autorités fiscales, même les fonctionnaires des Affaires économiques s'en sont mêlés. Cela ressort du procès-verbal d'une réunion avec de hauts responsables des finances au consulat néerlandais à San Francisco. Par exemple, un directeur de l'Agence néerlandaise des investissements étrangers a demandé aux membres du sommet Uber présents combien de temps l'échange devrait être retardé. Saillant : la tâche de la NFIA est d'attirer les entreprises étrangères aux Pays-Bas, ici il apparaît que l'agence est beaucoup plus influente.

Lire aussi  L'amour est en pause, les chauffeurs et les livreurs abandonnent leur travail
(Le texte continue sous la photo)
Ce n'est nulle part noir sur blanc pourquoi les autorités fiscales font cela, tout cela est informel.

Même lorsque les autorités fiscales françaises ont frappé à la porte d'Uber avec une réclamation, les autorités fiscales néerlandaises ont semblé plus que disposées à aider les Américains. Selon la France, Uber avait une succursale en France, elle devrait donc payer l'impôt sur les ventes et les bénéfices à Paris. Cependant, selon Van der Woude, les autorités fiscales néerlandaises sont prêtes à « discuter de manière informelle avec les Français pour les amener à abandonner cette créance. C'est une bataille importante que les Néerlandais doivent mener pour nous.

Le professeur Van de Streek tire des conclusions qui ne laissent rien à désirer pour l'imagination. Il parle d'une « image problématique » d'une administration fiscale qui « sape consciemment la coopération administrative entre administrations fiscales » et « prend une position pro-Uber ». Mais aussi celle d'une autorité fiscale qui viole son devoir de confidentialité en informant Uber de manière informelle de positions confidentielles d'autres pays. "Tout semble permis pour offrir à l'entreprise un climat des affaires attractif", déclare Van de Streek au FD.

Le fait de ne pas traiter les demandes d'information (ou de leur attribuer le label de « priorité la plus basse possible », ndlr) est également contraire aux obligations européennes des États membres de aussi vite que possible échanger des données. Le doctorant en droit fiscal Tim van Brederode, qui travaillait auparavant comme conseiller en politique fiscale aux Finances, qualifie la conduite de l'administration fiscale et douanière de "très remarquable" car "des principes fiscaux importants" ne sont pas respectés.

Sollicitée pour répondre, l'administration fiscale et douanière dit ne pas se reconnaître dans l'image que les agents du fisc ont violé leur devoir de confidentialité. Le service ne se reconnaît pas non plus dans l'image dans laquelle les demandes d'informations provenant d'autres pays sont délibérément formées.

Articles Liés:
Print Friendly, PDF & Email