Image Pitane

La police hésite à l'étiqueter comme un incident LGBTQ.

Des centaines de personnes ont manifesté devant le monument gay d'Amsterdam en réponse à une éventuelle agression au cours du dernier week-end de la Pride. Une Amsterdamoise de 23 ans raconte avoir été agressée par un chauffeur de taxi Uber le week-end dernier. 

Uber enquête sur l'incident et le chauffeur n'est pas autorisé à conduire pour l'application de taxi pendant que l'enquête est en cours. Après la Pride à Amsterdam, deux femmes auraient été agressées par un chauffeur de taxi Uber. La femme et son rendez-vous soupçonnent qu'il s'agit de violences liées aux LGBTQ. La police confirme l'incident, mais ne le qualifie pas encore de violence LGBTQ. 

Après le trajet, il y a eu un feu dans la casserole. Le conducteur a accusé la victime d'avoir craché sous la voiture. D'après elle et son rendez-vous, il n'y avait rien à voir. "Nous avons rapidement soupçonné qu'il s'agissait en fait du baiser que nous nous sommes donné", dit-elle. Dans le Parool, elle la fait histoire. La police confirme qu'il y a eu un incident entre deux femmes et un chauffeur Uber dans le Centre dans la nuit de vendredi à samedi.

Uber

Eveline Sijbrandij, responsable des courses aux Pays-Bas chez Uber, qualifie de "terrible ce qui s'est passé". « Tout le monde a droit à un trajet en toute sécurité et nous prenons cette question très au sérieux. La sécurité de tous les utilisateurs de notre application est une priorité absolue, c'est pourquoi cet incident doit faire l'objet d'une enquête approfondie. Nous avons offert notre aide à la police dans son enquête sur l'incident. Tant que l'enquête est en cours, le chauffeur ne pourra pas effectuer de courses pour Uber.

Lire aussi  L'amour est en pause, les chauffeurs et les livreurs abandonnent leur travail

recherche

Ce vendredi soir, les urgences ont été appelées vers 04.50hXNUMX du matin par un chauffeur de taxi, qui s'est disputé avec ses clients, ce qui a créé une situation désagréable. Lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé deux femmes, dont l'une saignait abondamment à la tête. Elle serait tombée. Les circonstances de sa chute font l'objet d'une enquête. La femme a été transportée à l'hôpital en ambulance.

Les détectives mènent une enquête approfondie sur l'incident. Entre autres choses, une enquête de quartier a été menée et d'éventuelles images de caméras ont été recherchées dans la région afin d'obtenir une image aussi complète que possible de l'incident. Si vous avez du matériel visuel et que vous ne l'avez pas encore partagé avec la police, ils seraient heureux de le recevoir. Pensez aux images dashcam de voitures garées ou aux sonnettes de porte. Vous pouvez télécharger le matériel via le formulaire de pourboire.

Ce n'est pas la première fois que incidents se produire. Les chauffeurs de taxi de La Haye ont refusé de prendre des «drag queens» pendant la fierté de La Haye. La HTMC Taxicentrale a été la première à répondre du monde des taxis à La Haye. L'entreprise souligne qu'elle transporte tout le monde, quelle que soit son origine ou sa nature.

"Dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 août, une femme de 23 ans a été blessée après avoir été agressée par un chauffeur de taxi. Les détectives enquêtent sur l'affaire et recherchent des images."

Des centaines de personnes ont manifesté devant le monument gay d'Amsterdam
Articles Liés:
Lire aussi  Le pouvoir du lobby : comment Uber et Bolt bloquent la protection de l’UE
Transport aéroport
Print Friendly, PDF & Email