Uber est surpris par cette décision. Pas de surprise, mais une application logique de la jurisprudence selon Stéphane Teyssier.

Le tribunal des prud'hommes de Lyon a condamné la société de plateforme américaine Uber à verser près de 17 millions d'euros à 139 chauffeurs de taxi. Selon l'avocat Stéphane Teyssier, une décision assez historique a été prise vendredi dernier. Uber a été sommé de requalifier les contrats de 139 chauffeurs.

En 2020, 139 chauffeurs lyonnais avaient saisi la justice pour faire requalifier en contrat de travail le contrat qui les liait à Uber. Le tribunal qui a rendu la décision a statué sur la base de la jurisprudence constante de la Cour de cassation de janvier 2020. La Cour de cassation a jugé que les chauffeurs Uber devaient être considérés comme des employés. D'après Teyssier. ce n'est pas une surprise, mais une application logique de la jurisprudence.

emploi

Comme nous l'avons vu précédemment, la société américaine a de nouveau annoncé qu'elle ferait appel de la décision. Depuis l'arrêt de la Cour de cassation qui requalifie un chauffeur en salarié en mars 2020, les demandes de requalification d'un chauffeur en salarié sont restées infructueuses dans plus de 65% des cas, selon Uber.

Uber est surpris par cette décision qui s'inscrit dans la suite logique de toutes les décisions qui ont eu lieu en Europe. Le statut des indépendants, sur lequel des plateformes comme Uber ou Deliveroo fondent leur modèle, est remis en cause dans de plus en plus de pays européens.

La société Uber existe également depuis 10 ans aux Pays-Bas. Malheureusement, pour de nombreux chauffeurs Uber qui font leur travail avec passion, ce n'est pas une raison de se réjouir. Selon le syndicat FNV, Uber rend cela de plus en plus difficile pour les chauffeurs et ils n'ont presque plus rien à payer car cela coûte trop cher. L'argent qui leur reste ne suffit pas pour vivre. 

Lire aussi  L'amour est en pause, les chauffeurs et les livreurs abandonnent leur travail

Dans le jugement, le tribunal s'est référé à un arrêt de la Cour de cassation française de 2020, qui a statué que les chauffeurs Uber devaient être considérés comme des employés.

La Cour de cassation a jugé que les chauffeurs d'Uber devaient être considérés comme des employés.
Articles Liés:
Pack calendrier
Print Friendly, PDF & Email