Largeur CAE=

La Commission a recommandé que les jeunes de 17 ans soient autorisés à suivre une formation de conducteur et à conduire un camion sous surveillance afin qu'ils puissent acquérir une expérience de conduite.

La proposition de la Commission européenne de réviser la directive européenne sur le permis de conduire présente des aspects prometteurs qui pourraient remédier à la pénurie chronique de conducteurs dans le secteur du transport de marchandises. Mais il est complètement insuffisant en matière de transport de passagers. La Commission européenne a récemment publié sa proposition de directive européenne sur le permis de conduire. 

L'industrie attend avec impatience des solutions concrètes à l'une des plus grandes menaces pour le transport routier : la pénurie de chauffeurs, selon l'IRU (Global Road Transport Organization). La Commission a recommandé que les jeunes de 17 ans soient autorisés à suivre une formation de conducteur et à conduire un camion sous surveillance afin qu'ils puissent acquérir une expérience de conduite. Aucun changement de ce type n'a été inclus pour le secteur des passagers.

Le rapport de l'IRU sur la pénurie de chauffeurs pour 2022 a révélé qu'il y avait environ 600.000 2026 chauffeurs portés disparus en Europe et prédit que d'ici 2, ce sera près de 6 millions, compte tenu des tendances actuelles. L'augmentation prévue est due à une population de conducteurs vieillissante, combinée à une faible proportion de jeunes conducteurs. Dans l'UE, seuls 25 % des conducteurs professionnels ont moins de XNUMX ans.

« Nous saluons la proposition de la Commission européenne de donner aux jeunes la possibilité de devenir chauffeurs routiers. Cela contribuera grandement à réduire «l'écart entre l'école et la roue». Là où la proposition de la Commission est lamentablement insuffisante, c'est dans le domaine du transport de passagers. Dans certains États membres, nous voyons des hommes et des femmes de 18 ans bien formés conduire des bus en toute sécurité, tandis que dans de nombreux autres, l'âge minimum se situe entre 21 et 24 ans. La proposition ne fixe pas à 18 ans l'âge minimum de conduite sans équivoque pour les services d'autobus et d'autocars. Par la suite, elle n'a pris aucune mesure pour remédier à la pénurie de plus en plus grave de chauffeurs qui entrave la mobilité collective des citoyens de l'UE.»

(Le texte continue sous la photo)
La proposition de la Commission européenne de réviser la directive européenne sur le permis de conduire présente des aspects prometteurs, mais elle est complètement insuffisante en ce qui concerne le transport de passagers.

âge minimum

Lire aussi  Les jeunes conducteurs au volant de véhicules lourds s’engagent sur une voie dangereuse

La révision du permis de conduire européen offre la possibilité de supprimer l'un des plus grands obstacles à l'accès des jeunes à la profession : l'écart entre l'âge auquel ils terminent leurs études et le moment où ils peuvent devenir conducteurs professionnels. Cela pourrait également faciliter l'accès des chauffeurs de pays tiers au marché de l'UE, augmentant ainsi le vivier de chauffeurs de l'UE.

La proposition qui vient d'être faite indique très clairement que l'âge minimum des camionneurs est de 18 ans. Il s'agit d'une étape positive majeure que l'industrie du transport routier réclame depuis longtemps. La Commission a également recommandé que les jeunes de 17 ans soient autorisés à suivre une formation de conducteur et à conduire un camion sous surveillance afin qu'ils puissent acquérir une expérience de conduite. Aucun changement de ce type n'a été inclus pour le secteur des passagers.

« La proposition ouvre une nouvelle voie pour l'harmonisation des exigences de reconnaissance des permis de conduire en dehors de l'UE. Alors que la liste des pays et les conditions concrètes doivent être définies plus avant sur la base de critères de sécurité solides, nous voyons déjà une étape positive pour aider les citoyens des pays tiers à devenir des conducteurs professionnels dans l'UE et à compléter le vivier de talents de l'UE ».

L'IRU apprécie que la Commission européenne soit ouverte à l'appel de l'industrie à accroître le bassin de conducteurs en facilitant l'accès des conducteurs de pays tiers à la profession dans l'UE, a déclaré le organisation du transport routier.

Articles Liés:
Lire aussi  L'utilisation du smartphone au volant entraîne désormais une interdiction de conduire
Journal d'autobus
Print Friendly, PDF & Email