Image Pitane

Le chemin vers une mise en œuvre réussie du MaaS est encore long et semé d’embûches, mais les bases sont là.

La mobilité en tant que service (MaaS) est un terme considéré il y a quelques années comme une révolution prometteuse au sein du secteur des transports. Aux Pays-Bas, on en a beaucoup parlé, il y a eu d'innombrables groupes de discussion et de nombreuses entreprises se sont lancées dans des projets pilotes et des expériences. L’espoir était que le MaaS fournisse une solution intégrée, efficace et durable pour répondre aux besoins de transport des zones urbaines et rurales. Mais cette promesse a-t-elle été tenue ?

Idéalement, une plateforme MaaS offrirait la possibilité d’accéder à tous les modes de transport avec une seule application : transports en commun, vélos en libre-service, voitures de location, taxis, etc. La plateforme doit être flexible et permettre au voyageur de passer en toute transparence d'un mode de transport à un autre. En particulier dans les zones rurales, où les transports publics sont souvent limités, le MaaS pourrait conduire à une augmentation du recours à la mobilité partagée et aux transports publics.

choix primaires

Malheureusement, la réalité est différente aux Pays-Bas. Il existe de nombreuses applications et initiatives, mais elles se concentrent souvent sur des solutions de transport spécifiques plutôt que sur une approche intégrée. Par exemple, l’application NS et le planificateur de trajet 9292 restent les principaux choix de nombreux voyageurs, et la prolifération d’applications autonomes de partage de vélos et de voitures de location n’a fait qu’ajouter à la confusion. Cela s'applique également au projet pilote MaaS à Groningen et Drenthe, qui a bien progressé, mais était limité dans sa portée et sa mise en œuvre technique.

Lire aussi  Percée dans le transport urbain : l'umob offre la clé de 50.000 XNUMX véhicules

 

Alors que nous examinons de plus près les initiatives MaaS aux Pays-Bas, il devient de plus en plus clair qu'il existe plusieurs obstacles au succès du MaaS. Ces obstacles vont des limitations technologiques aux défis réglementaires et à la perception du public.

Le projet pilote MaaS à Groningen et Drenthe a rencontré des défis spécifiques. La zone rurale a une faible densité de population et une forte dépendance à l’automobile. On espérait que MaaS pourrait contribuer à rendre les taxis et les transports publics plus visibles. Malheureusement, cela s'est avéré plus difficile que prévu, des problèmes techniques et des retards ayant conduit à une mise en œuvre incomplète.

(Le texte continue sous la photo)

Si l’on examine d’un œil critique les progrès du MaaS aux Pays-Bas, il est clair qu’il reste encore beaucoup de travail à faire. Malgré quelques avancées positives, telles que la prise de conscience de la valeur de l’intégration et le développement d’applications régionales telles que Glimble, le tableau est principalement celui de la fragmentation et des promesses non tenues. Le temps nous dira si le MaaS sera capable de comprendre la complexité des problèmes de mobilité aux Pays-Bas et de répondre aux attentes élevées initialement fixées.

entreprise complexe

Des applications comme Aperçu ont montré que développer une plateforme technologique intégrant tous les modes de transport est une entreprise complexe. Cela nécessite une interopérabilité entre les différentes bases de données, protocoles de sécurité et interfaces utilisateur. Les fonctionnalités d'accessibilité doivent également être prises en compte, comme la commande vocale pour les personnes qui ne peuvent pas utiliser l'application avec leurs mains.

L’intégration des transports et des taxis hub de l’OMM dans les plateformes MaaS se heurte à des obstacles juridiques et politiques. De nouvelles indications et des changements de politique sont nécessaires pour garantir que les déplacements en transports publics s'inscrivent dans le budget de l'OMM. Il s’agit d’un processus long qui peut prendre des années, mais qui est crucial pour le succès du MaaS, en particulier dans les zones rurales comme Groningue et Drenthe.

Lire aussi  Le président Bertho Eckhardt souligne l'importance de la mobilité « connectée »

Un autre obstacle majeur est la perception du public. De nombreuses personnes ne savent toujours pas quoi utiliser parmi la pléthore d'applications et de services disponibles. Il existe un besoin d'informations et peut-être aussi d'une sorte de label de qualité qui puisse garantir la convivialité et la fiabilité des différentes solutions MaaS.

Le chemin vers une mise en œuvre réussie du MaaS est encore long et semé d’embûches, mais les bases sont là. Ce qu’il faut, c’est un effort coordonné de la part du gouvernement, des entreprises de transport et des partenaires technologiques pour transformer la promesse du MaaS en une réalité qui fonctionne pour tout le monde. L’alternative – une fragmentation continue des services et l’incapacité à atteindre d’importants objectifs sociaux et environnementaux – n’est tout simplement pas une option.

Articles Liés:
Pack calendrier
Print Friendly, PDF & Email