Image Pitane

Le programme de gestion des pelouses a, par inadvertance, conduit à un autre problème.

Cela peut paraître surprenant, mais la politique de tonte d'une commune peut certainement influencer la mobilité de ses habitants. Les failles dans les zones résidentielles jouent un rôle important en matière de mobilité des résidents. Ils constituent souvent l'itinéraire le plus direct pour accéder à la voie publique à vélo ou en poussette. C'est non seulement pratique, mais cela encourage également l'utilisation de modes de transport plus durables comme le vélo, ce qui est bon pour la santé et pour l'environnement.

De plus, les meurtrières offrent également une solution pratique pour sortir les poubelles. Puisque les résidents peuvent les emmener dans la rue en passant par leur cour, les bacs ne doivent pas nécessairement être placés en permanence devant les maisons. Cela a un impact positif sur l’esthétique générale et la propreté du quartier. La politique de tonte, qui rend dans certains cas difficile l'accès à ces portes, affecte un aspect important de la vie quotidienne des habitants. Non seulement leur mobilité est limitée, mais elle contribue également à un aspect moins ordonné du quartier.

Eindhoven, et en particulier le quartier Achtse Barrier, traverse à nouveau une période tumultueuse en matière d'entretien des pelouses. Après avoir utilisé des meurtrières pendant des décennies pour amener les poubelles dans la rue, les habitants sont désormais contraints de faire un détour par leur salon. Une situation qui pose une nouvelle fois la question de l’équilibre entre la gestion environnementale et le quotidien des habitants.

chef de secteur

Leontien van Agt, le Stratum Area Manager de la municipalité d'Eindhoven, qui n'a pas voulu répondre aux questions directes de nos rédacteurs mais s'est référé au service de presse de la municipalité, voit les choses différemment. De sa réponse aux résidents sur différents messages qui nous sont également parvenus, elle estime qu'il n'y a aucun droit de passage sur le terrain municipal derrière les maisons. Pour elle, ce n’est pas non plus « une pelouse de jeu » et il existe « de nombreux endroits où les enfants peuvent jouer sur la pelouse tondue plus courte ». 

Une déclaration remarquable, car Van Agt ignore soudainement que les habitants amènent leurs poubelles, leurs vélos et leurs poussettes dans la rue via cet itinéraire depuis plus de 30 ans. Si des chemins ont été aménagés par la municipalité qui mènent à l'arrière des habitations, il serait logique qu'ils restent accessibles. Cela peut facilement être réalisé en fauchant une bande le long des maisons sans causer de dommages supplémentaires à la biodiversité. Cela relève de la responsabilité de la gestion et de l'entretien, et non des interprétations juridiques de l'emprise par le gestionnaire de zone.

(Le texte continue sous la photo)

L'accent est mis sur la gestion pratique et l'entretien pour garantir la qualité de vie et l'accessibilité de l'espace public.

Le responsable de secteur a un rôle central dans la gestion des signalements et des plaintes relatifs à l'espace public. Cela peut varier des pavés lâches et des panneaux de signalisation cassés aux détritus et aux mauvaises herbes. Il s’agit d’une tâche vaste qui nécessite une expertise locale et vise à maintenir les espaces publics sûrs et utilisables pour tous les résidents.

Après avoir reçu une plainte ou un rapport, il est courant que le responsable de secteur envoie des commandes à divers entrepreneurs pour résoudre le problème. Le contrôle de la qualité et de la réalisation de ces activités fait également partie des tâches. Le gestionnaire de zone fait le lien entre les résidents et les autres services de la municipalité, comme la mise en œuvre des projets et les permis. Les signalements ayant une portée plus large sont donc transmis en interne au service approprié.

Le responsable de secteur ne joue aucun rôle dans la formulation de déclarations juridiques, par exemple concernant le droit de passage. Ces types de questions échappent à la juridiction et nécessitent un traitement juridique spécialisé. Le responsable régional doit s'abstenir de jouer le rôle de « juge mobile » dans de telles situations.

Les habitants ne se sentent pas entendus et manquent d’une certaine transparence dans les prises de décision. Aujourd’hui, les plaintes sont rejetées sans aucune enquête sur la situation sur le terrain. Prédécesseur Bas de Louvain souligné précédemment que la transparence et l'implication des habitants sont des valeurs fondamentales dans la gestion des espaces verts publics. Il serait bénéfique pour la municipalité d'appliquer ces valeurs de manière cohérente, surtout en période de changements qui ont un impact direct sur la vie quotidienne des résidents.

(Le texte continue sous la photo)

Une bande de tonte derrière les maisons est difficile, mais le long de l'eau, cela ne semble pas poser de problème à Eindhoven.

Leontien van Agt est au centre du débat actuel sur la politique de tonte dans le quartier Achtse Barrier. Ses positions et déclarations constituent l’épine dorsale de la politique municipale, mais soulèvent également des questions parmi les résidents. L'un des aspects les plus remarquables de la politique de Van Agt est l'incohérence de ses déclarations. D'une part, elle indique que les zones situées derrière les maisons ne sont pas destinées à servir de terrains de jeu et qu'il n'y a pas de droit de passage sur le terrain communal. D’un autre côté, elle souligne des raisons écologiques pour changer la pelouse en une pelouse riche en herbes.

arguments

Ces arguments contradictoires créent la confusion parmi les habitants. Cela soulève la question de savoir quelle est exactement la force motrice derrière les récents changements politiques : s’agit-il de la recherche d’une plus grande biodiversité, ou s’agit-il de couper les sentiers traditionnels que les résidents utilisent depuis des années ? Pour sortir de cette impasse, la municipalité doit trouver un juste milieu. Une solution possible pourrait être de tondre un chemin dégagé entre les cours et la rue, tout en conservant l'essentiel de l'herbe pour la biodiversité.

Concrètement, il s'agit d'une étroite bande de tonte autour de laquelle déposer les poubelles, les vélos et les poussettes dans la rue, et rien d'autre. Ce manque de dialogue direct a conduit à une accumulation de questions parmi les habitants. Dans un enjeu qui touche à la fois à la qualité de vie et à la mobilité d’un quartier, la transparence et l’ouverture sont d’une grande importance. Il est également intéressant de comparer la politique de Van Agt avec celle de son prédécesseur, Bas van Leuven. Alors que van Leuven met l'accent sur l'implication des habitants et la recherche de compromis, van Agt semble s'engager dans une voie plus autonome. Cela soulève des questions sur l'avenir de la politique et sur la manière dont la municipalité envisage de traiter ses habitants.

Avez-vous également une plainte concernant l'espace public à Eindhoven ? - Cliquez sur ici

Articles Liés:
EVI.
Print Friendly, PDF & Email