Image Pitane

Le parti prône une plus grande attention aux liaisons ferroviaires internationales et souhaite briser le monopole de la vente des billets par les transporteurs nationaux.

Le parti politique de Wybren van Haga, Belang van Nederland (BVNL), milite pour un programme libéral classique combiné à des valeurs culturellement conservatrices. Face à la croissance démographique qui, selon lui, a surchargé les infrastructures aux Pays-Bas, le parti appelle à des changements drastiques, allant de réductions d'impôts à des investissements majeurs dans les transports publics et les routes.

L'une des propositions les plus frappantes du BVNL est l'arrêt complet de l'octroi de l'asile, une mesure qui s'inscrit dans une vision plus large d'un gouvernement plus petit et moins intrusif. Le parti affirme qu'une forte concentration sur les intérêts nationaux est essentielle pour maintenir et améliorer la qualité de vie aux Pays-Bas.

Dans le domaine économique, BVNL s'engage dans une combinaison remarquable de réductions d'impôts et d'investissements. Ils veulent par exemple réduire la taxe sur les véhicules à moteur, mais l’introduire pour toutes les voitures, y compris les électriques. En outre, le parti plaide pour une réduction des droits d'accises sur les carburants au moins à la moyenne de l'UE. Les projets de tarification routière et d’interdiction des moteurs à combustion sont également balayés de la table.

Le parti prône une plus grande attention aux liaisons ferroviaires internationales et souhaite briser le monopole de la vente des billets par les transporteurs nationaux. En outre, ProRail est identifié comme un goulot d'étranglement pour les nouvelles infrastructures, ce qui indique que BVNL envisage non seulement des investissements à grande échelle, mais également des investissements plus stratégiques. La transformation de ProRail pourrait donc constituer un élément crucial de leur vision globale du développement des infrastructures.

Si le parti souhaite réduire la charge fiscale des automobilistes, BVNL prône également une augmentation de la capacité du réseau routier afin de réduire les embouteillages. Ils proposent des projets spécifiques tels que la construction de l'A3 entre Amsterdam et Rotterdam et l'augmentation de la vitesse maximale à 130 km/h. Ce plans sont combinés à la promesse de maintenir les liaisons de bus dans la province et à la transformation de l'A58 passant par Roosendaal en tunnel.

Lire aussi  Babboe doit arrêter de vendre ses vélos cargo
(Le texte continue sous la photo)

Le parti de Wybren van Haga mise sur des réductions d'impôts et de vastes projets d'infrastructures pour tenter de remettre les Pays-Bas en marche

BVNL est tout aussi ambitieuse dans le domaine des transports publics. Non seulement ils veulent investir dans des transports publics de qualité, mais ils prônent également la gratuité des transports publics sept jours sur sept pour les étudiants et les personnes de plus de 65 ans. Ce plan, affirme le parti, devrait aboutir à terme à la gratuité des transports publics pour tous, afin de remettre les Pays-Bas en mouvement. Selon BVNL, cela réduirait non seulement les embouteillages, mais augmenterait également la mobilité du travail et réduirait la solitude des personnes âgées.

En ce qui concerne l'aviation, le parti considère Schiphol comme un moteur économique crucial qui peut se développer, à condition que l'accent soit mis sur des avions économes en énergie et silencieux. La Lely Line doit être construite le plus rapidement possible et l'aéroport de Lelystad doit être ouvert prochainement pour soulager la pression sur Schiphol. BVNL voit un rôle à jouer pour d'autres aéroports tels que l'aéroport de Rotterdam/La Haye, Eindhoven et Eelde.

Le parti fait également une proposition institutionnelle : le Rijkswaterstaat doit redevenir un « ministère spécial » doté de suffisamment d'expertise pour évaluer et superviser les projets de manière indépendante.

Il s’agit d’un programme vaste et ambitieux qui dessine les contours d’un Pays-Bas dans lequel le gouvernement et les impôts diminuent, mais les investissements dans les infrastructures augmentent. Les contradictions de cette vision susciteront sans aucun doute des débats et des controverses dans les discussions politiques futures.

Articles Liés:
Lire aussi  Serez-vous le nouveau cocher du roi ?
Curacao
Print Friendly, PDF & Email