Image Pitane

Le CBR et d'autres organismes similaires sont critiqués pour avoir créé des obstacles inutiles à l'obtention du permis de conduire, tandis que le manque de personnel dans les transports publics continue de s'aggraver.

Si les transports publics facilitent votre trajet vers le travail ou les loisirs, vous avez probablement remarqué la pénurie croissante de chauffeurs de bus et autres professionnels des transports publics. Cela semble être une tâche simple : obtenir un permis de conduire et prendre la route. Mais la réalité s’avère indisciplinée. L'une des pierres d'achoppement sur ce chemin vers une carrière de conducteur professionnel est l'Agence centrale des permis de conduire (CBR), l'organisme qui doit garantir la qualité et la sécurité sur la route. Cependant, nombreux sont ceux qui pensent que la CBR place la barre très haut.

On pourrait affirmer, à juste titre, que la sécurité est une question sans compromis. Mais face à un système qui oblige un candidat à attendre des mois avant d’avoir une autre chance de passer un examen de conduite, l’efficacité et l’équité du processus sont remises en question. Le problème est exacerbé par le fait que la CBR est confrontée à une grave pénurie d’examinateurs. Cela entraîne des délais d'attente pouvant aller jusqu'à trois mois avant qu'un candidat non retenu reçoive une nouvelle chance.

Il n'y a rien de plus frustrant que d'attendre le bus aux heures de pointe par un matin froid et pluvieux, pour ensuite le voir passer avec le texte « Désolé, le bus est plein » sur l'écran d'information. Non seulement c’est une question de temps perdu, mais cela accroît également le sentiment d’impuissance et d’inconfort des navetteurs. Ce qui est encore pire, c'est que le prochain bus censé arriver n'est pas à l'heure en raison du manque de personnel dans les transports publics.

La qualité d’un examen de conduite peut également être remise en question. Qu’est-ce qui détermine le succès ou l’échec ? S'agit-il de l'évaluation subjective d'un examinateur, de l'heure de la journée ou des compétences réelles du candidat ? Et si quelqu’un échoue à cause de la nervosité ? Heureusement, le CBR propose des alternatives telles que l'examen de peur de l'échec et un examen approfondi spécial des compétences de conduite pour ceux qui échouent quatre fois en cinq ans. Mais ce système semble inefficace pour résoudre les problèmes sous-jacents.

Il ne faut pas oublier l’aspect financier des redoublements. Les candidats peuvent facilement perdre plus de 8000 XNUMX euros en frais de scolarité. Et puis nous n'évoquons même pas les coûts cachés, comme la perte de temps et l'effet psychologique sur le candidat.

taux de réussite

Une étude de RTL News montre que taux de réussite varient considérablement entre les examinateurs et même entre les candidats hommes et femmes. Ces divergences soulignent le manque d’objectivité et de transparence au sein de la CBR. Et puis il y a la lettre de l'association professionnelle LBKR, qui affirme que la CBR a réduit ses taux de réussite. artificiellement bas en « coachant » les examinateurs s'ils permettent à trop de candidats de réussir.

Lire aussi  Delhi ouvre ses portes avec des voyages en bus gratuits pour les voyageurs non binaires
(Le texte continue sous la photo)

Des délais d'attente allant jusqu'à trois mois pour une réinstallation pèsent non seulement sur le candidat mais aussi sur l'ensemble du système de transports publics, qui est déjà aux prises avec une pénurie de professionnels.

Une pénurie croissante de chauffeurs de bus et de tramway tire la sonnette d'alarme dans le secteur des transports, mais les exigences et procédures rigides de l'Agence centrale des permis de conduire (CBR) et d'autres autorités semblent décourager plutôt que sélectionner les candidats. L'un des obstacles les plus importants réside dans les tests stricts effectués par le CBR, où le taux de réussite est légalement fixé à 50,2 %. Ce chiffre n'est cependant pas sans controverse : l'association professionnelle LBKR souligne que les examinateurs qui obtiennent des notes supérieures à cette norme se voient attribuer un coach pour réduire le taux de réussite. Il semble que les quotas et les statistiques étouffent le facteur humain dans la prise de décision.

Test de Vienne

Ce bourbier bureaucratique est exacerbé par le manque d'examinateurs, obligeant les candidats à attendre jusqu'à trois mois pour une reprise. Il n’y a pas que les aspirants conducteurs de bus qui sont frustrés par les règles et les tests stricts. Guido Frankfurther, vice-président du MKB-Metropolis Amsterdam, a échoué au « test de Vienne », une méthode de sélection de la Société municipale des transports (GVB). Malgré 40 ans d'expérience de conduite et des compétences démontrables dans un simulateur de tramway, il a échoué au test strict. 

Frankfurther n'est qu'un des nombreux candidats qui échouent : sur 1.000 12 candidats, seuls XNUMX montent finalement dans le tram. Cela aggrave la pénurie de personnel, ce qui oblige les entreprises de transports publics à annuler des trajets. Des ajustements semblent inévitables. Une solution possibleSelon Frankfurther, cela pourrait être de proposer des cours pour préparer les candidats au « test de Vienne », tout comme les candidats pourraient se préparer à un examen de conduite.

«De cette façon, il s'agit bien entendu de nettoyer le robinet ouvert et le GVB est obligé d'annuler des voyages, même maintenant qu'il y a à nouveau suffisamment d'argent pour la mise en œuvre du plan de transports 2024.» Cette semaine, il est devenu clair que plusieurs autres entreprises de transports publics aux Pays-Bas connaissent le même manque de personnel.

Les directives nationales existent pour une raison, reconnaît également Frankfurther. «Je pense que ces lignes directrices doivent être réexaminées. Mais à court terme, je conseillerais au GVB de proposer un cours candidats passer le test de Vienne. Vous pouvez aussi préparer le permis de conduire et votre examen final, n'est-ce pas ?"

(Le texte continue sous la photo)

Le CBR, qui en 2023 est toujours fermé en ligne entre minuit et 06 heures du matin, peut améliorer la transparence de son processus de travail. Mais il faut surtout trouver un équilibre entre exigences strictes et besoins pratiques. La sécurité doit toujours primer, mais dans l’état actuel des choses, la CBR semble créer plus d’obstacles qu’elle ne contribue à une circulation plus sûre et à une solution au manque de personnel.

La peur de l'échec est un facteur qui pèse lourdement dans le processus d'examen du personnel des transports publics, et le Bureau central des permis de conduire (CBR) ne semble pas s'en occuper pleinement. La peur de l'échec peut entraîner une diminution des performances lors de l'examen, ce qui augmente les risques d'échec et prolonge ainsi encore les délais d'attente déjà longs pour un nouvel examen. Le fait que la peur de l’échec puisse avoir un impact sur le taux de réussite peut provoquer une réaction en chaîne de problèmes, allant d’une augmentation des charges financières à une diminution encore plus grande de la main-d’œuvre dans un secteur déjà aux prises avec une pénurie de personnel qualifié.

Lire aussi  Delhi ouvre ses portes avec des voyages en bus gratuits pour les voyageurs non binaires

BNOR

Le CBR dispose d'une mesure pour lutter contre cela sous la forme du BNOR (Bureau Further Inspection of Driving Skills). Il s'agit d'une voie alternative proposée aux candidats ayant échoué plusieurs fois à leur examen au cours d'une certaine période. L'idée derrière BNOR est noble : une approche plus personnelle et patiente pour aider les candidats craintifs à réussir. Cependant, l'accès au BNOR est strictement réglementé et n'est généralement disponible qu'après qu'un candidat ait déjà échoué trois fois. Il s’agit donc d’une option qui non seulement s’accompagne d’un stigmate d’échecs répétés, mais qui augmente également le fardeau financier, car les candidats éligibles ont déjà dépensé des sommes importantes lors de précédentes tentatives d’examen.

La grande question est donc de savoir si le processus BNOR peut être utilisé plus tôt et de manière plus flexible comme mesure préventive plutôt que comme dernier recours. Une approche plus proactive pourrait non seulement aider davantage de candidats à surmonter leur peur de l’échec, mais pourrait également contribuer à réduire les temps d’attente et le fardeau financier associés aux multiples tentatives d’examen.

Le rôle de la peur de l’échec et du processus BNOR dans le spectre plus large des pénuries de personnel dans les transports publics souligne la nécessité d’une approche plus nuancée et plus axée sur les personnes. Cela souligne l’importance d’un dialogue multiforme entre la CBR, les entreprises de transports publics et les associations professionnelles pour parvenir à une solution équilibrée et efficace.

Articles Liés:
régie
Print Friendly, PDF & Email