Chiron

Le trafic logistique a un impact majeur sur la qualité de vie et la sécurité de notre ville.

La ville belge de Gand s'est engagée à être pionnière dans le domaine de la logistique urbaine sans émissions d'ici 2030, une ambition qui fait de la ville l'une des premières de Flandre à avoir de tels projets d'avenir. Le « Plan logistique urbain » se concentre sur le transport de marchandises au sein du R40, le périphérique qui entoure le centre-ville. À partir de 2030, les livraisons dans ce domaine devront être autant que possible sans émissions.

Le plan comprend une approche progressive, prenant en compte diverses variables telles que le type de véhicule et la nature des flux logistiques. Ceci est important car, par exemple, la logistique de construction utilise souvent des véhicules plus lourds que les camionnettes qui livrent les colis. Sofie Bracke, échevine de l'économie, souligne que la période jusqu'en 2030 offre au secteur logistique suffisamment de temps pour s'adapter. Elle plaide également pour un cadre uniforme de la part du gouvernement flamand, afin que les règles soient les mêmes dans toute la Flandre.

La motivation sous-jacente à l’initiative de Gand est vaste. Il vise non seulement à améliorer la qualité de vie et la sécurité routière en ville, mais aussi à garantir l’accessibilité et à renforcer le tissu économique. Ce n’est pas une mince affaire, si l’on considère qu’environ 7.000 40.000 tonnes de marchandises entrent dans la ville chaque semaine via 10.000 20.000 voyages en camionnettes et camions, sans compter la logistique de construction. Par ailleurs, entre XNUMX XNUMX et XNUMX XNUMX colis sont livrés chaque jour en centre-ville.

Photo : Pitane Blue - livreur de colis PostNL

Outre l’accent mis sur les véhicules durables, des efforts sont également déployés pour réduire les flux de marchandises grâce au regroupement. D'autres points d'attention sont l'amélioration des livraisons aux commerçants et la création de plus d'espace pour les activités logistiques. Filip Watteeuw, échevin de la mobilité, estime que ce plan constitue un pas dans la bonne direction pour réduire l'impact majeur du trafic logistique sur la qualité de vie et la sécurité dans la ville.

Lire aussi  Les piétons ont carte blanche dans le centre-ville de Gand

La ville de Gand a déjà pris des mesures concrètes. Par exemple, un mini hub a été ouvert cette semaine sur le Ham, que PostNL utilise pour effectuer des livraisons sur le R40 avec des vélos de fret. Dans un futur proche, les matériaux de construction de l'ancien bâtiment de la FNAC seront acheminés par voie maritime. En outre, Gand a soumis une candidature au gouvernement flamand pour trois projets pilotes afin d'atteindre ces objectifs ambitieux.

lire ici le Plan Logistique Urbain complet

Articles Liés:
GRP
Print Friendly, PDF & Email