Image Pitane

Si l’Égypte ferme le passage de Rafah, un point d’entrée majeur pour les Gazaouis en Égypte, il sera beaucoup plus difficile pour les résidents de quitter le territoire maintenant qu’elle est en guerre avec Israël.

La récente escalade de la violence et des tensions entre Israël et Gaza a un impact sur la mobilité dans les deux régions, et il est essentiel de comprendre ces impacts dans leur contexte. La mobilité fait partie intégrante de la vie quotidienne des populations du monde entier, et la région d’Israël et de Gaza ne fait pas exception. La capacité des habitants de la bande de Gaza à fuir dépend de plusieurs facteurs, notamment de l'accessibilité des postes frontaliers.

passages frontaliers

La bande de Gaza ne compte que deux postes frontaliers principaux : Erez avec Israël et Rafah avec l’Égypte. Si l’Égypte décide de fermer le passage de Rafah, les Gazaouis perdront leur principale route alternative pour sortir de la bande de Gaza. Ce poste frontière a également ouvert et fermé de manière imprévisible dans le passé, en fonction de la situation politique et sécuritaire entre Gaza et l’Égypte.

(Le texte continue sous la photo)

Alors qu’Israël dispose d’un réseau de transports publics bien développé et étendu, Gaza souffre de ressources et d’infrastructures limitées.

La deuxième issue de secours est encore plus difficile, voire impossible. Le poste frontière d'Erez avec Israël est strictement contrôlé par les autorités israéliennes. Dans le passé, seules les personnes disposant de permis spéciaux (comme les patients médicaux, les journalistes, les travailleurs d’ONG et autres) étaient autorisées à entrer en Israël via cette transition. Durant les périodes de tensions accrues ou de conflit, l’accès est limité, voire complètement bloqué.

Gaza

En dehors de ces deux transitions importantes, il n’y a pas d’autres sorties officielles de la bande de Gaza. Bien qu'il y ait eu des tunnels de contrebande entre Gaza et l'Égypte dans le passé, nombre d'entre eux ont été détruits par les autorités égyptiennes et ils sont dangereux et non officiels. Gaza connaît plusieurs problèmes de mobilité. En raison des années de blocus et des ressources limitées, la région dispose d’infrastructures de transports publics limitées.

Cependant, il existe plusieurs modes de transport informels, tels que les taxis et les pousse-pousse, qui sont largement utilisés par la population locale. En termes d’aviation, Gaza a un accès limité. L'aéroport international Yasser Arafat, autrefois fierté de la bande de Gaza, a été détruit en 2001 et n'a pas été reconstruit depuis. Cela a laissé la bande de Gaza largement dépendante des passages frontaliers avec Israël et l’Égypte pour voyager à l’étranger.

Israël

Israël a réalisé d'importants investissements dans le développement et l'expansion de son réseau de transports publics ces dernières années. Les tramways dans des villes comme Jérusalem ont également joué un rôle important en réduisant les embouteillages et en offrant un mode de transport alternatif aux résidents et aux visiteurs. 

En outre, l’aviation joue un rôle crucial dans les relations d’Israël avec le monde extérieur. L'aéroport Ben Gourion, situé près de Tel Aviv, est le principal aéroport international du pays et accueille des millions de passagers chaque année. Le secteur de l'aviation s'est continuellement adapté à l'évolution de la situation sécuritaire dans la région, avec des mesures de sécurité strictes en place pour assurer la sécurité des voyageurs et du pays.

(Le texte continue sous la photo)

Par exemple, le réseau ferroviaire des chemins de fer israéliens a connu plusieurs extensions, ce qui signifie que des villes et des régions auparavant non connectées peuvent désormais être atteintes de manière efficace et rapide.

Ce que l’on considère comme les « frontières » d’Israël peut varier considérablement en fonction des convictions et des perspectives politiques. Israël possède une côte ouest le long de la mer Méditerranée. Les frontières terrestres d'Israël sont le résultat d'événements historiques, de guerres et d'accords diplomatiques depuis la création de l'État en 1948. Les frontières d'Israël, en particulier celles des territoires palestiniens, ont toujours été une source de débats et de conflits politiques permanents.

à travers les frontières

La frontière nord avec le Liban a été définie par l'accord frontalier franco-britannique de 1923 et est devenue plus tard connue sous le nom de « Ligne bleue », notamment après le retrait d'Israël du sud du Liban en 2000. La frontière nord-est avec la Syrie, le plateau du Golan, est une zone Israël a conquis la Syrie pendant la guerre des Six Jours en 1967 et reste un territoire contesté. Israël a annexé le plateau du Golan en 1981, mais cette annexion n'est pas reconnue internationalement. La ligne de cessez-le-feu entre Israël et la Syrie, établie après la guerre du Yom Kippour en 1973, est souvent appelée la « Ligne violette ».

La frontière orientale avec la Jordanie est la frontière entre Israël et la Jordanie qui a été établie dans le traité de paix israélo-jordanien de 1994. Le Jourdain et la mer Morte forment une grande partie de cette frontière. La frontière sud avec l'Égypte a été créée après la guerre des Six Jours de 1967. Israël a occupé le désert du Sinaï mais l'a restitué à l'Égypte après les accords de Camp David de 1978 et le traité de paix qui a suivi en 1979. La frontière internationalement reconnue entre Israël et l'Égypte s'étend de l'extrême sud. de la bande de Gaza jusqu'à la mer Rouge, près d'Eilat et de la ville égyptienne de Taba.

Articles Liés:
Aéroport
Print Friendly, PDF & Email