Image Pitane

La nécessité de regarder au-delà des coupes budgétaires et l’importance d’écouter les expériences pratiques.

Roelof Veenbaas, une autorité dans le domaine de la recherche sur les fauteuils roulants et des conseils en matière de mobilité, a son mot à dire sur la politique actuelle en matière de transport des groupes cibles. Et il devrait le savoir, après des années de travail dans la sécurité du transport en fauteuil roulant au sein d'organisations telles que TNO Wegtransportmiddelen et Stichting Vast = Beter. Les critiques de Veenbaas s'inscrivent dans la lignée de l'appel urgent lancé par le Royal Dutch Transport (KNV) Healthcare Transport and Taxi aux conseils des maires et des échevins néerlandais. Le président Bertho Eckhardt a souligné le situation intenable dans lequel opèrent actuellement les transporteurs sanitaires et leur personnel, notamment en ce qui concerne le transport des élèves pour l'année scolaire 2023-2024.

Un problème central est la grave pénurie de chauffeurs, un problème qui, selon Veenbaas, est systématiquement sous-estimé dans les appels d'offres. Cet angle mort inquiète non seulement les transporteurs, mais aussi les parents, qui ignorent généralement les accords de qualité dits « secrets » contenus dans l'offre attribuée.

Veenbaas appelle à un dialogue honnête et transparent, axé sur la réalité et non sur les opportunités d'économies. « Le monde a changé ; les séparations se multiplient, les besoins sont devenus plus variés et plus complexes. Quand allons-nous reconnaître cette complexité et l’intégrer dans notre planification et notre politique ? Il indique clairement que l'accent devrait être mis sur la prévention des « dommages liés à l'apprentissage » pour les enfants, plutôt que sur la rentabilité.

"Il est temps que nous reconnaissions que le transport de groupes cibles ne se limite pas à se rendre d'un point A à un point B. Il s'agit d'enfants ayant des besoins spéciaux, il s'agit de leur sécurité et de leur avenir. Et il s'agit certainement aussi des personnes qui les assurent. ce service essentiel : les chauffeurs."

Le fait que les conducteurs soient souvent blâmés pour les problèmes de transport est une autre vérité douloureuse soulignée par Veenbaas. « Ces conducteurs sont responsables pendant le trajet, mais n'ont aucune influence sur le stress provoqué par la planification du voyage. Si quelque chose ne va pas, il ne faut pas blâmer le conducteur. »

(Le texte continue sous la photo)
Photo : Pitane Blue - groupe cible transport Leiden

Alors que le débat sur les problèmes actuels du transport étudiant fait rage, Veenbaas met un autre élément crucial sous les projecteurs : la qualité du transport lui-même. Il souligne l'importance d'instaurer la confiance et de reconnaître le rôle de conducteur du groupe cible en tant que métier à part entière. « Il est grand temps de donner une réelle substance au concept de qualité », dit-il. Il aborde également la variabilité quotidienne des transports, une réalité souvent ignorée lors de l'élaboration des politiques et des appels d'offres.

Une opportunité manquée, selon Veenbaas, est le manque de conversations avec les entreprises qui ont quitté le secteur parce qu'elles ne pouvaient pas offrir la qualité pour le prix fixé lors de l'appel d'offres. Une attention insuffisante est également accordée aux expériences des conducteurs et des établissements d’enseignement qui ont contribué avec succès au bon fonctionnement des transports. Le problème, selon Veenbaas, réside dans une culture de peur profondément enracinée qui fait obstacle à tout changement fondamental.

Lire aussi  KNV accueille la conseillère municipale d'Amsterdam Melanie van der Horst en tant que conférencière invitée

Veenbaas ne plaide pas pour un renversement complet du système, mais pour une approche plus nuancée qui rende justice à la complexité du transport des groupes cibles. « L'appel à plus d'efficacité et d'économies ne doit pas se faire au détriment de la qualité et de la sécurité », déclare Veenbaas. « Ce dont nous avons besoin, ce sont des solutions durables qui rendent le système non seulement plus efficace mais aussi plus humain. »

solution

Si nous pouvons apprendre quelque chose de l’expérience et de l’expertise de personnes comme Roelof Veenbaas, c’est qu’il n’existe pas de solutions rapides à des problèmes complexes. Il faudra un effort coordonné de la part de toutes les parties prenantes pour apporter un réel changement. Ce qui est clair, c’est que la première étape consiste à reconnaître les problèmes et la deuxième étape à prendre au sérieux les personnes qui sont confrontées à ces problèmes au quotidien.

La sonnette d'alarme a été tirée non seulement par le KNV, mais aussi par des personnes comme Roelof Veenbaas, qui ont mis le doigt sur le point sensible avec leur grande expérience et leur savoir-faire. Ce dont nous avons besoin, c’est de repenser en profondeur le système, en mettant l’accent sur les aspects humains du transport – depuis les enfants qui dépendent de ce service jusqu’aux conducteurs qui tiennent le volant.

(Le texte continue sous la photo)

Dans le passé, en tant que chercheur au TNO pour le compte du ministère des Transports, des Travaux publics et de la Gestion de l'eau, Roelof a également mené d'importantes recherches sur la sécurité du transport en fauteuil roulant. Cette recherche a reçu une attention nationale et a conduit à la diffusion du programme grand public Radar.

Roelof Veenbaas est un homme possédant une expertise approfondie et une expérience personnelle dans le domaine du transport de fauteuils roulants. En tant qu'employé scientifique, il se consacre depuis de nombreuses années à la conception et aux analyses de sécurité des fauteuils roulants. Cela a conduit à la co-fondation de Vaste fondation = meilleure en 2004, un organisme qui travaille à améliorer la sécurité des transports pour les personnes handicapées. Il a contribué aux objectifs de cette fondation par la formation et l'information en milieu de travail jusqu'en octobre 2014.

Lire aussi  Le président Bertho Eckhardt souligne l'importance de la mobilité « connectée »

Mais Veenbaas n’est pas seulement un expert en théorie ; il a aussi une expérience personnelle. Sa compagne s'occupait déjà de leur enfant adoptif Arjen, atteint de polyhandicap très sévère (zEMB), lorsqu'il la rencontra en 1985. Arjen, décédé en 2018 à l'âge de 45 ans, a beaucoup appris à Veenbaas sur les nuances et les défis de la vie avec un handicap.

Cette combinaison d’expériences professionnelles et personnelles a donné à Veenbaas une perspective unique, mais cela n’a pas été sans moments difficiles. En 2014, il a décidé d'arrêter ses travaux sur la sécurité du transport en fauteuil roulant car il se sentait de moins en moins à l'aise lors des discussions sur les adaptations de « l'ancien » code VVR. En tant que chercheur indépendant et parent expérimenté, il a eu du mal à faire entendre sa voix dans un paysage où les intérêts partiels l’emportaient souvent sur l’image globale et l’empathie envers les autres.

Veenbaas affirme que, même si la recherche juridique d'un « coupable » dans les (presque) accidents est compréhensible, elle ne contribue pas à une véritable solution aux problèmes de sécurité. Il préconise plutôt une analyse ouverte des causes des rapports d’accidents (quasi-)accidentels, afin que toutes les parties impliquées puissent en tirer des leçons. Selon lui, il s’agit d’une approche bien plus efficace que de cultiver une culture de réclamation.

Articles Liés:
régie
Print Friendly, PDF & Email