Image Pitane

C’est un petit pas pour le secteur des taxis, mais un grand pas pour l’inclusivité de la ville de Gand.

La ville de Gand a organisé des formations spécialisées pour mieux préparer les chauffeurs de taxi à servir les clients handicapés. Sept chauffeurs locaux ont participé volontairement à cette formation, qui comprenait à la fois des éléments théoriques et pratiques. Le cours était dispensé par Myriam De Schynkel, ergothérapeute à l'AZ Maria Middelares.

La formation, qui est une première à bien des égards, comprenait des conseils pratiques et divers exercices pratiques. L'accent a été mis sur la communication avec les passagers pouvant avoir certaines limitations, telles que des problèmes d'audition ou de vision. « Établissez un contact visuel et écrivez les choses sur papier si nécessaire. Comprenez également que certaines personnes peuvent avoir besoin de plus de temps », a conseillé De Schynkel.

Ensuite, les participants ont reçu non seulement une étiquette de la ville pour marquer leurs véhicules, mais également divers outils qu'ils peuvent utiliser dans leurs taxis pour améliorer l'expérience du client et d'eux-mêmes. Filip Watteeuw, conseiller de Mobility for Green, a souligné l'objectif plus large du programme : « Il s'agit de permettre à chacun de participer à la vie sociale. Nous ne voulons pas que les gens soient laissés pour compte parce qu’ils ne peuvent tout simplement pas se déplacer aussi facilement.»

Il y a aussi le volet économique. Les compagnies de taxi qui investissent dans une telle formation peuvent attirer une clientèle plus large, y compris des personnes qui hésitaient auparavant à utiliser les taxis. En fait, ce type d’initiatives atteint plusieurs objectifs à la fois : accroître la mobilité des personnes handicapées, améliorer les opérations commerciales des compagnies de taxi et promouvoir une communauté plus inclusive.

Lire aussi  Le piratage d'un taxi choque JFK et fin du complot contre les taxis
(Le texte continue sous la photo)
Matériel d'image AVS pour illustration - Myriam De Schynkel, ergothérapeute à l'AZ Maria Middelares

Ce nouveau programme de formation constitue non seulement un pas en avant dans la lutte contre l'accessibilité, mais symbolise également un changement dans la réflexion sur la mobilité urbaine. En donnant aux chauffeurs de taxi les outils et les connaissances nécessaires pour servir les clients handicapés, la ville de Gand reconnaît l'importance de l'inclusion au sein du réseau de transports publics.

Cette initiative fait partie d'un ensemble plus large de mesures que la ville a mises en place pour faciliter la mobilité des personnes handicapées. Gand propose déjà des bons de taxi spéciaux pour les personnes à mobilité réduite et à faibles revenus. Ces contrôles permettent aux résidents d'utiliser un taxi agréé à Gand à un tarif réduit. Le système sera rendu encore plus convivial : à partir de 2024, l'attribution de ces chèques sera automatisée, selon l'échevine à l'égalité des chances Astrid De Bruycker.

Force est de constater que cette formation a été accueillie positivement par la communauté et dans les médias. La ville espère que cela ouvrira la voie à des mesures et initiatives plus inclusives à l’avenir, afin d’améliorer la qualité de vie et la mobilité de tous les Gantois.

En savoir plus sur cette initiative : rapport AVS

Articles Liés:
Chiron
Lire aussi  Les chauffeurs de taxi en Flandre disposent d'une année supplémentaire pour satisfaire aux exigences linguistiques
Print Friendly, PDF & Email