FORFAIT DÉMARRAGE

Amsterdam veut changer le monde des taxis, afin que les chauffeurs gagnent davantage eux-mêmes. Les initiatives locales doivent faire contrepoids aux géants internationaux, selon certains élus.

L'exécutif municipal et le conseiller Sofyan Mbarki (PVDA) envisagent de restructurer le secteur des taxis d'Amsterdam, en s'inspirant du modèle des coopératives de taxi appliqué à New York. Ce plan est proposé comme une réponse aux défis auxquels est confrontée l'économie de plateforme actuelle, où l'équilibre entre les intérêts des salariés et les bénéfices des grandes entreprises semble déséquilibré. L'église va investir dans une coopérative dans laquelle les salariés peuvent créer leur propre service de taxi.

Le conseil municipal d'Amsterdam, dirigé par l'échevin chargé des affaires économiques, a annoncé des plans ambitieux pour stimuler l'économie locale avec un budget de 23 millions d'euros. Les chauffeurs de taxi d'Amsterdam, tout comme leurs collègues new-yorkais, auraient la possibilité de devenir administrateurs et actionnaires de leur propre coopérative. Cependant, cette idée n’a aucun écho ni aucune compréhension parmi certains membres de la communauté locale, comme Walter Ploos d'Amstel, qui met en avant l’existence de la coopérative actuelle, TCA, et questionne l’utilité et le financement d’une nouvelle structure comparable. 

«C'est une nouvelle surprenante. Le TaxiCentrale Amsterdams (TCA) est la plus grande coopérative de taxis d'Amsterdam avec plus de 800 membres, un conseil d'administration interne composé de chauffeurs de taxi actifs, qui ont surmonté les années corona avec un grand dévouement. Plus de 90 % des revenus des taxis sont générés par les chauffeurs eux-mêmes. Alors, que faut-il d’autre ? Pourquoi la commune voudrait-elle intervenir sur le marché des taxis en subventionnant un concurrent des coopératives de taxis locales existantes ? Cela n'est mentionné nulle part dans la politique des taxis », déclare Walther Ploos van Amstel.

(Le texte continue sous la photo)
Photo : Tom Feenstra - Conseiller Sofyan Mbarki

"Si vous payez trente euros pour une course Uber, dix euros vont à l'Arabie saoudite, à Morgan Stanley et à d'autres actionnaires d'Uber. Uber retire ces dix euros de la ville. Cela représente un tiers du chiffre d'affaires du chauffeur de taxi, qui fait le travail. , finance la voiture et s'occupe des papiers, des assurances, de l'entretien, des cours et des clients parfois difficiles."

Au-delà du secteur des taxis, le conseil souhaite promouvoir les entreprises coopératives dans un large éventail de secteurs. PvdA, GroenLinks et D66 veulent attirer plus de pouvoir aux entrepreneurs locaux. Teun Gautier, affilié à Coop est d'avis, considère l'initiative des taxis comme le point de départ d'un mouvement plus large vers la propriété coopérative dans divers domaines, notamment les services de livraison et le logement.

Lire aussi  Le piratage d'un taxi choque JFK et fin du complot contre les taxis

Gautier, ancien directeur de Groene Amsterdammer, met l'accent sur les avantages des coopératives, tels qu'un meilleur contrôle et une meilleure rétention de la valeur au sein de la communauté locale, contrairement à la tendance actuelle des revenus allant aux investisseurs étrangers. Il défend le principe selon lequel les coopératives fonctionnent au bénéfice de leurs membres et non principalement dans un but lucratif, principe qui s'applique également aux institutions sociales comme les clubs de football.

La promotion des coopératives n’est pas seulement une question financière, mais aussi une question de propriété et de confidentialité des données, une préoccupation croissante parmi les consommateurs. Conformément à cette vision, MeentCoop souhaite reprendre le contrôle des données et envoyer un signal fort à l’économie des plateformes, qui selon elle contribue trop peu à l’économie locale.

La question de savoir si la commune doit s'impliquer dans de telles initiatives économiques reste un point de discussion dans le débat public.

(Le texte continue sous la photo)

La promotion des coopératives n’est pas seulement une question financière, mais aussi une question de propriété et de confidentialité des données, une préoccupation croissante parmi les consommateurs.

Non, Amsterdam elle-même ne deviendra pas un capital-risqueur qui entrera sur le marché des taxis. Le débat sur l'implication du gouvernement dans la création de coopératives avec l'argent des contribuables est une question complexe et parfois controversée. Les critiques estiment que le gouvernement ne devrait pas s'immiscer dans les secteurs du marché où des structures coopératives existent déjà, comme la Taxicentrale Amsterdam (TCA). Ils soutiennent qu’utiliser l’argent des contribuables pour créer un concurrent pour les coopératives existantes n’est pas seulement inutile, mais peut également créer une concurrence déloyale.

Lire aussi  L'amour est en pause, les chauffeurs et les livreurs abandonnent leur travail

règlements

Le gouvernement est souvent considéré comme un organisme de réglementation et de facilitation qui doit garantir des conditions de concurrence équitables pour les entreprises et non comme un acteur du marché. La création d’une coopérative avec des fonds publics peut soulever des questions sur le rôle du gouvernement et sur l’équité de ses interventions sur le marché libre. Certains experts affirment que de telles mesures pourraient fausser la concurrence et affecter les forces du marché, désavantageant ainsi les entreprises existantes qui fonctionnent sans subventions.

En outre, la création d’une coopérative soutenue par le gouvernement peut conduire à une mauvaise allocation des ressources, dans la mesure où ces ressources peuvent également être utilisées pour d’autres besoins urbains urgents, tels que l’éducation ou les infrastructures. Selon certains, l'argent des contribuables pourrait être mieux utilisé pour améliorer le climat général des affaires, par exemple en allégeant la réglementation, en accordant des prêts ou des garanties aux start-ups ou en améliorant l'infrastructure numérique de la ville.

Enfin, l’accent mis sur l’utilisation de l’argent des contribuables pour de telles initiatives pourrait également modifier la perception de la responsabilité du gouvernement. Cela peut conduire à une situation dans laquelle le gouvernement est perçu comme devant résoudre des problèmes qui pourraient être mieux résolus par le secteur privé, ce qui peut conduire à une plus grande dépendance à l'égard de l'intervention gouvernementale et à une moindre initiative entrepreneuriale.

Articles Liés:
Amsterdam
Print Friendly, PDF & Email