Image Pitane

Cette approche est une réponse directe aux critiques selon lesquelles les vols privés contribuent de manière disproportionnée à la fois à la pollution sonore et aux émissions de CO2, ce qui accroît la pression sur l'environnement local.

L'aéroport d'Eindhoven, un aéroport important à la fois pour l'aviation civile et à des fins militaires, franchit une étape importante pour rendre ses opérations plus durables en interdisant les vols privés fossiles à partir de 2026. L'aéroport met l'accent sur la réduction du bruit et des émissions de CO2, essentielles au cadre de vie local et en ligne avec les objectifs environnementaux fixés. Avec une gamme de plus de 80 destinations européennes, l'aéroport d'Eindhoven joue un rôle crucial dans les besoins de mobilité régionale et œuvre pour un avenir durable en soutenant les innovations potentielles dans le domaine des vols électriques.

Roel Hellemons, PDG de l'aéroport d'Eindhoven, souligne l'ambition non seulement de réduire le bruit mais également de réduire considérablement les émissions de CO2 grâce à diverses mesures, notamment une limitation du nombre de vols et une transition vers des normes basées sur les niveaux de bruit. La mise en place de procédures de décollage avec moins de nuisances sonores et l'admission exclusive des avions de dernière génération à partir de 2030 en font partie. Ces mesures sont en outre soutenues par des incitations financières pour l’utilisation de carburants durables.

La décision de l'aéroport d'Eindhoven de ne plus autoriser les vols privés consommant des combustibles fossiles à partir de 2026 est en outre étayée par la preuve que ces vols ont en effet un impact environnemental nettement plus élevé. Les statistiques parlent d'elles-mêmes : les personnes qui choisissent les vols privés émettent cinq à sept fois plus de CO2 que si elles prenaient des vols commerciaux. Ces vols sont souvent courts, près d'un vol sur neuf parcourant moins de 250 kilomètres et plus d'un tiers restant en dessous de 500 kilomètres. Cela conduit à une production d’émissions inefficace, compte tenu de la courte distance sur laquelle ils sont déployés.

(Le texte continue sous la photo)
Cessna 680 à l'aéroport d'Eindhoven

La différence d’émissions est clairement illustrée par le cas des vols d’affaires, où un vol en jet privé vers une destination proche comme Paris ou Londres peut émettre jusqu’à 80 % de CO2 en plus par rapport à un vol régulier régulier. L'exemple de l'avion d'affaires de Shell, dont la majorité des vols font moins de 500 kilomètres, montre clairement qu'il reste encore beaucoup à faire pour améliorer l'efficacité et réduire l'impact environnemental.

pollution sonore

Le GGD a pris l'initiative de cartographier plus précisément l'impact de l'aéroport d'Eindhoven sur l'environnement. Pour ce faire, le service de santé diffuse une enquête auprès des habitants de la région. La sélection pour l'enquête est aléatoire mais avec un souci de répartition géographique, afin que les résultats reflètent fidèlement les expériences régionales. L'enquête sera ouverte aux réponses jusqu'au 19 novembre et le CDC encourage toute personne ayant été contactée et n'ayant pas encore participé à le faire.

Une enquête auprès des résidents proches de l'aéroport offre une opportunité pour améliorer le cadre de vie et la politique de lutte contre le bruit.

(Le texte continue sous la photo)
Photo : © Pitane Blue - atterrissage d'un avion Wizz Air à l'aéroport d'Eindhoven

Le fait que l’aéroport d’Eindhoven soit un aéroport militaire qui facilite l’aviation civile ajoute une dimension supplémentaire à l’élaboration de ses politiques. La structure unique de propriété et de gestion, avec le groupe Schiphol, la province du Brabant septentrional et la municipalité d'Eindhoven comme parties prenantes, indique que l'aéroport a une responsabilité commune qui va au-delà des seuls intérêts commerciaux.

permis spécial

Le gouvernement central joue un rôle central dans la détermination des règles concernant les aéroports nationaux, y compris l'aéroport d'Eindhoven. L'aviation civile à l'aéroport d'Eindhoven est régie par un permis spécial qui utilise la base aérienne militaire d'Eindhoven, avec Schiphol Group, la province du Brabant-Septentrional et la municipalité d'Eindhoven comme actionnaires. Dans le contexte du projet pilote de l'aéroport d'Eindhoven, un équilibre a été recherché entre croissance économique et impact environnemental, avec la participation des autorités régionales, des résidents locaux, des organisations sociales et du monde des affaires.

L'ancien secrétaire d'État Pieter van Geel a dirigé le procès de l'aéroport d'Eindhoven. Van Geel a conseillé le ministre de l'Infrastructure et de la Gestion de l'eau en avril 2019 sur les résultats du projet pilote. Lire les conseils Reconnecté (PDF). Cet avis a également été pris en compte Mémorandum aéronautique 2020-2050. L'initiative de l'aéroport d'Eindhoven est considérée comme un terrain d'essai pour l'avenir de l'aviation néerlandaise, où durabilité et implication régionale vont de pair.

Articles Liés:
NS
Print Friendly, PDF & Email