Image Pitane

Les Pays-Bas tournent à droite. Nous roulerons à 140 km/h et il n’y aura aucune réduction dans la construction de nouvelles routes.

Cette « victoire monstrueuse », comme la décrivent divers médias, marque un changement important dans la politique néerlandaise. Maintenant que le PVV de Geert Wilders est devenu le plus grand parti politique aux Pays-Bas après les élections du 22 novembre 2023, les cartes sont également rebattues pour la mobilité dans notre pays. Après la victoire électorale du PVV dirigé par Geert Wilders le 22 novembre 2023, le parti a pris des positions précises sur la mobilité, la circulation et les transports publics aux Pays-Bas.

Le PVV considère la mobilité comme une condition importante de la liberté et s'efforce de la maintenir à la fois disponible et abordable. L'accent est mis sur le maintien d'un accès abordable aux transports publics et à la conduite automobile, en mettant l'accent sur la voiture en tant que moyen de transport important. Pourtant, le programme du parti PVV offre peu d’idées ou de positions spécifiques sur Schiphol, les transports publics ou les infrastructures routières, et la mobilité n’est que brièvement présente dans le programme. Le parti se concentre principalement sur d’autres thèmes, même si le PVV défendait à l’époque le secteur aéronautique néerlandais. 

(Le texte continue sous la photo)
Geert Wilders, dirigeant du PVV

"Recherchons des similitudes et voyons où nous pouvons nous retrouver, aucun démocrate aux Pays-Bas ne peut ignorer ces deux millions d'électeurs", a déclaré Geert Wilders dans une première réaction après avoir appris que son parti était devenu le plus grand des Pays-Bas.

En déclarant que « personne ne peut plus ignorer le PVV » après une victoire écrasante, la position puissante du parti dans la politique néerlandaise est soulignée. Les positions sur la mobilité sont claires après le raz-de-marée politique. Le PVV s'oppose aux taxes kilométriques et aux taxes de déplacement, prône la suppression des zones de 80 kilomètres et souhaite augmenter la limitation de vitesse sur certaines routes à 140 km/h. Le PVV propose l'introduction obligatoire d'un examen de conduite pour les conducteurs professionnels des pays d'Europe centrale et orientale. Cela inclut souvent des pays comme la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie et parfois les États baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie).

Lire aussi  Le conseiller van der Horst s'exprime lors de la réunion du KNV sur la mobilité urbaine

Le parti souhaite étendre la limitation de vitesse sur les routes principales et abolir les réglementations européennes sur les temps de conduite et de repos pour les chauffeurs routiers. Le PVV prône également la suppression des zones environnementales. Concernant Schiphol, le parti affirme que l'aéroport doit pouvoir se développer et que la réglementation ne doit pas être trop stricte. Des appels sont lancés pour une publication obligatoire des prix de l'essence et il est proposé de mettre un terme à la culture des bonus chez NS et ProRail et de rendre le contrôle des chemins de fer au gouvernement. Le PVV souhaite donner davantage de pouvoirs aux chefs d'orchestre pour lutter contre ce que Wilders appelle « la racaille ».

(Le texte continue sous la photo)
Photo: Pitane Blue - Geert Wilders pendant Boerenprotest Zuiderpark La Haye

La structure du PVV sans membres a des implications à la fois pratiques et idéologiques pour la politique néerlandaise. Cela offre à Wilders un degré unique de contrôle et d’agilité, mais cela soulève également des questions sur la démocratie interne et la représentativité du parti.

Geert Wilders (60 ans), né le 6 septembre 1963, et son Parti pour la liberté (PVV) occupent une position unique dans le paysage politique néerlandais, principalement en raison de leur structure de parti sans membres. Cela distingue le PVV des partis politiques traditionnels aux Pays-Bas et présente à la fois des avantages et des inconvénients.

aucun membre

Le PVV, fondé en 2006 par Wilders, est organisé comme une fondation plutôt que comme un parti de membres. Cela signifie que l'adhésion n'est pas possible pour le public. Geert Wilders est le seul membre officiel du parti. Cette structure donne à Wilders un contrôle total sur le parti et sa direction, lui permettant de prendre des décisions rapidement et sans consultation interne. Cela peut être considéré comme un avantage en termes d’efficacité et d’évitement des conflits internes et des luttes de pouvoir, qui surviennent souvent dans les partis traditionnels.

Lire aussi  Les chauffeurs de taxi pourront bientôt parler couramment le néerlandais maintenant que la date limite a été reportée

D’un autre côté, cette conception présente également des inconvénients. En raison du manque d’une large base de membres, le PVV ne bénéficie pas de la contribution, de l’implication et du soutien d’une base de parti traditionnelle. Cela peut limiter la capacité d’atteindre un public plus large et de créer un large soutien à leurs positions politiques. De plus, le manque de démocratie interne et la diversité des opinions au sein du parti peuvent conduire à des politiques unilatérales, qui peuvent conduire à des critiques quant à la représentativité du parti.

thèmes

Le PVV s'est principalement concentré sur des questions telles que l'immigration, l'islam, la souveraineté nationale et l'Union européenne. Wilders est connu pour ses positions franches et parfois controversées dans ces domaines, qui donnent souvent lieu à des débats intenses tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des Pays-Bas. Le parti bénéficie d'un large public parmi les électeurs préoccupés par l'immigration et l'influence de l'UE, mais il compte également de farouches opposants en raison de ses positions souvent polarisantes.

Articles Liés:
FORFAIT DÉMARRAGE
Print Friendly, PDF & Email