Image Pitane

La manière dont les coûts sont répercutés sur les usagers des transports publics reste un sujet de discussion.

Les Jeux Olympiques de 2024 à Paris apportent bien plus qu’une simple émotion sportive. L'annonce récente par Île-de-France Mobilités (IDFM) d'une nouvelle tarification des transports en commun spécialement conçue pour les Jeux a fait grand bruit. Cet ajustement va à l'encontre des options de transport gratuites promises précédemment pendant les Jeux Olympiques, qui ont donné lieu à de nombreuses discussions.

IDFM a présenté le nouveau pass « Paris 2024 », accessible du 20 juillet au 8 septembre, visant à faciliter l'expérience touristique et à limiter les files d'attente. Laurent Probst, directeur général d'IDFM, souligne que ce pass vise à améliorer l'information des voyageurs et la gestion des flux de passagers. Avec des tarifs allant de 16 euros pour une journée à 70 euros pour une semaine, ce pass est nettement plus cher que les tarifs hebdomadaires actuels.

Cette nouvelle politique tarifaire, introduite spécialement pour les Jeux Olympiques, soulève des questions sur l'accessibilité et l'abordabilité des transports tant pour les touristes que pour les résidents locaux.

(Le texte continue sous la photo)
Image : Bleu Pitane - Paris à l'approche des JO 2024

"Ce pass Paris 2024 a été conçu pour simplifier au maximum l'expérience touristique, mais aussi pour réduire les files d'attente et permettre aux agents de billetterie de se concentrer sur l'information des passagers et la gestion des flux de passagers."

Cette augmentation tarifaire s'inscrit dans un plan plus vaste dans lequel IDFM investit 200 millions d'euros pour augmenter de 15 % la desserte du métro et du train pendant les Jeux Olympiques. Ce plan vise à accueillir les 10 millions de touristes attendus. Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d'Île-de-France, a souligné l'importance de fixer « le juste prix », où les riverains ne supporteront pas le poids de ces hausses. Les abonnés disposant d'un abonnement mensuel ou annuel auprès de Navigo, d'un pass Imaginaire R ou d'un pass senior ne sont pas concernés par ces hausses.

"Il n'est pas question pour les Franciliens de payer ces frais. Les abonnés disposant d'un abonnement Navigo mensuel ou annuel, d'un pass Imaginaire R ou d'un pass senior ne seront pas concernés par ces augmentations."

Cette annonce intervient dans un contexte de mécontentement des Parisiens face à la récente augmentation du pass Navigo, qui passera de 2024 € à 86,10 € par mois en janvier 86,40, une hausse attribuée au taux d'inflation de 2 %. Tout cela témoigne d’une inquiétude croissante parmi les citoyens face à l’augmentation des coûts associés aux Jeux Olympiques de 2024.

Articles Liés:
CDTONLIN
Print Friendly, PDF & Email