DVDP

"Quand je prends un taxi, je ne ressens pas le besoin d'avoir une conversation approfondie avec le chauffeur de taxi en tant que tel."

La ministre Lydia Peeters a plaisanté avec cette déclaration lors de la dernière réunion du comité. « Maintenant, d’autres peuvent avoir ça. Juste pour indiquer que ce n'est pas vraiment une question de foi », a déclaré le ministre Peeters. Pour elle, la volonté de continuer à travailler à une solution est plus que jamais présente. « Travaillons ensemble et mettons la tête dans la même direction. Venons-en ici à une solution. À l’époque, nous avions prévu une période de deux ans. Apparemment, cela ne soulage pas tout le monde. Mais comme je viens de le dire, nous continuerons à y travailler. Je ne pense pas que le dernier mot ait été dit. J’espère que nous parviendrons bientôt à un accord.

défis

Le secteur flamand des taxis est confronté à des défis importants en matière de conformité réglementaire et d'intégration de la technologie et des compétences linguistiques. Une étude récente a même montré qu'un nombre important de taxis en Flandre ne respectent toujours pas la réglementation Chiron en vigueur. Ceci est particulièrement inquiétant dans les zones urbaines, où même 65 % des chauffeurs de taxi connectés au système ne l'utilisent pas pour enregistrer leurs ordres de trajet dans le système de base de données de trajets Chiron mandaté par le gouvernement. 

Un aspect frappant de ce problème est que de nombreux chauffeurs de taxi, une fois en possession des permis nécessaires de leur municipalité, semblent ignorer l'utilisation du système Chiron. Ce comportement peut indiquer plusieurs facteurs sous-jacents, tels qu'une connaissance insuffisante du système, un manque de compétences techniques ou éventuellement une résistance générale à l'introduction de nouvelles technologies et procédures. Mais le problème ne se limite pas à la conformité technologique. 

Lire aussi  Les chauffeurs de taxi en Flandre disposent d'une année supplémentaire pour satisfaire aux exigences linguistiques

Le gouvernement flamand a introduit des règles strictes pour garantir la qualité du service de taxi, notamment l'obligation pour les chauffeurs de taxi de passer un test de langue d'ici juin 2024. Cette règle, qui a fait polémique notamment à Bruxelles, impose aux conducteurs d'obtenir un niveau B1 en néerlandais. La réussite de ce test peut entraîner la perte de leur permis de conduire. Il s'agit d'une évolution inquiétante, car de nombreux conducteurs bruxellois ne parlent pas le néerlandais et doivent passer un test oral et écrit.

La ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters, souligne l'importance de ce test de langue pour la qualité et la sécurité des services. Elle souligne les besoins spécifiques des chauffeurs de taxi et la coopération avec les compagnies de taxi pour l'élaboration de la partie écrite de l'examen. Le ministre fait également référence à un cours qui répond aux besoins des conducteurs. Ce cours est promu par le Département de la Mobilité et des Travaux Publics (MOW) et peut également être suivi via l'itinéraire régulier organisé par l'Agence pour l'Intégration et l'Intégration Civique.

"Mais quoi qu'il en soit, nous sommes en pourparlers avec le secteur et nous examinons également si le secteur lui-même est prêt à faire quelques concessions afin de parvenir à un accord ordonné. Faut-il accorder un report supplémentaire ? Nous ne voulons certainement pas " Du pain volé. Nous ne voulons pas que ces chauffeurs de taxi perdent tous leur permis de conduire. "

(Le texte continue sous la photo)
Photo : © Pitane Blue - chauffeur de taxi à Gand

"Environ 70 % des sociétés de taxi flamandes que nous avons affiliées à Chiron conduisent le Toyota C-HR", explique Sam Saey, responsable de compte chez la société de logiciels d'Eindhoven Censys BV.

Pour continuer à conduire la belle voiture en tant que chauffeur de taxi, les définitions européennes des niveaux de langue indiquent que le niveau B1 est nécessaire pour la communication de base. Pour lire, cela signifie comprendre des textes et des messages courts et simples, tandis que pour parler, la définition se concentre sur des conversations simples sur des sujets et des activités familiers. Ces compétences sont essentielles à l’interaction entre les chauffeurs de taxi et leurs clients, ainsi qu’à la sécurité et à l’efficacité du service.

Lire aussi  Les chauffeurs de taxi en Flandre disposent d'une année supplémentaire pour satisfaire aux exigences linguistiques

transport étudiant

Il est frappant que le transport étudiant ne soit pas soumis aux mêmes règles que le transport individuel payant de personnes. Un laissez-passer de chauffeur n'est pas requis pour ce secteur, mais De Lijn veille à ce que son personnel puisse communiquer efficacement avec le conducteur de bus et les jeunes qui utilisent les transports.

Le Gouvernement flamand s'efforce de considérer le taxi comme un moyen de transport à part entière, où le confort et la sécurité sont primordiaux. Cela se reflète dans les récentes réglementations et les efforts visant à améliorer le secteur des taxis. Cependant, les défis de conformité technologique et de compétences linguistiques restent des domaines qui doivent être relevés pour garantir un service de taxi de haute qualité en Flandre.

« Nous ne sommes bien sûr pas sourds aux commentaires que nous fait le secteur. Nous savons également qu'ils ont agi. Nous réfléchissons actuellement à la manière dont nous pouvons répondre à leurs demandes. Je n'ai pas encore de réponse toute prête à cette question. Vous savez que le report s’applique jusqu’en juin 2024, nous réfléchissons donc à la manière dont nous pouvons y répondre davantage », déclare Lydia Peeters.

ABONNEMENT
Articles Liés:
Chiron
Print Friendly, PDF & Email