Image Pitane

Ryanair riposte aux géants du voyage en ligne malgré les conflits et les annulations.

Ryanair a réduit ses prévisions de bénéfices pour l'année jusqu'à fin mars, d'un montant précédemment estimé de 2,05 milliards d'euros à 1,95 milliard d'euros. Cet ajustement résulte en partie de la hausse des coûts du carburant. Au cours des trois derniers mois de 2023, Ryanair a déclaré des bénéfices inférieurs aux prévisions de 15 millions d'euros. Il convient également de noter que les sites Web de voyage tels que Kiwi, Booking.com et Kayak ont ​​soudainement cessé d'afficher les réservations Ryanair dans leurs listes. 

Bien que la raison précise de cette action ne soit pas claire, il a été suggéré qu'elle pourrait être liée à une récente décision de la Haute Cour irlandaise, qui a interdit au site Web Flightbox de collecter des informations sur les vols Ryanair pour les agences de voyages en ligne. Ryanair, la célèbre compagnie aérienne à bas prix, a récemment critiqué certaines grandes agences de voyages en ligne pour avoir supprimé de manière inattendue leurs vols de ces plateformes. Cet incident, survenu en décembre dernier, concerne principalement des acteurs majeurs comme Booking.com, Kiwi et Kayak.

rayer

Cette évolution fait suite à une décision de la Haute Cour irlandaise, qui a interdit la récupération des informations sur les vols de Ryanair par l'outil en ligne Flightbox. Ce scraping, également appelé « screen scraping », est le processus de collecte d'informations et de données provenant de sites Web destinées aux agences de voyages en ligne. Ryanair affirme que la suppression de ses vols de ces sites Web pourrait entraîner une augmentation de 1 à 2 % des sièges vides en décembre et janvier. Même si cela devrait avoir un impact sur les revenus liés aux billets, la compagnie aérienne ne s'attend pas à ce que cela ait un impact significatif sur le nombre global de passagers ou sur les prévisions de bénéfices pour l'année entière.

(Le texte continue sous la photo)
RyanAir

Joutes juridiques sur les informations sur les vols, mais Ryanair s'attaque aux agences de voyages en ligne après le retrait du vol.

En réponse à cette situation, Ryanair a annoncé qu'elle réduirait les tarifs pour les passagers qui réservent directement via leur propre site Internet. Dans un communiqué, Ryanair a qualifié les agences de voyages en ligne de « pirates » et a souligné son partenariat continu avec « des agences de voyages en ligne honnêtes et transparentes telles que Google Flights », qui n'ajoutent pas de suppléments cachés aux prix de Ryanair et dirigent les passagers directement vers le site Web de Ryanair. réservations .

Lire aussi  Un chauffeur de taxi vétéran et Rotterdam ensemble contre les problèmes de taxi

La compagnie aérienne suppose que le « retrait bienvenu » de ses vols pourrait être le résultat de pressions exercées par les autorités nationales de protection des consommateurs ou de nouvelles mesures de vérification des clients qu'elle a introduites. Ryanair est depuis un certain temps en conflit juridique avec les sites de réservation en ligne. Par exemple, la compagnie aérienne a intenté une action en justice aux États-Unis contre Booking Holdings, propriétaire de Booking.com, et ses filiales, dont Kayak, Agoda et Priceline.

augmentation des bénéfices

Booking Holdings, le gestionnaire de Booking.com, Kayak et Kiwi.com, a indiqué qu'il ne souhaitait pas commenter les procédures judiciaires en cours entre Booking.com et Ryanair aux États-Unis. Le conflit survient dans un contexte d'augmentation des bénéfices de Ryanair en novembre suite à une augmentation des prix. La compagnie aérienne a signalé une augmentation de 11 % du nombre de passagers, pour atteindre un record de 105,4 millions au cours des six mois précédant septembre, malgré une augmentation moyenne des prix de 24 %. Cela s'est traduit par une augmentation de près de 60 % des bénéfices pour la période, à 2,18 milliards d'euros (1,9 milliard de livres sterling).

Ryanair a notamment indiqué avoir transporté 12,5 millions de passagers en décembre, soit une augmentation de 9 % par rapport à la même période en 2022, malgré l'annulation de plus de 900 vols en raison de la guerre à Gaza. Le nombre moyen de sièges vides par vol est passé de 8 % à 9 % en décembre.

Un autre point majeur de discussion concerne la relation de la compagnie aérienne avec Boeing, dans un contexte de défis et de changements dans l'industrie aéronautique. Ryanair est impliqué dans les développements autour de Boeing, notamment en ce qui concerne le Boeing 737 MAX. Malgré les récents problèmes de sécurité avec Boeing, notamment l'immobilisation temporaire du 737 MAX par la Federal Aviation Authority et les doutes d'United Airlines concernant les futures commandes du 737 MAX 10, Ryanair reste un fervent partisan de Boeing. 

Lire aussi  Booking.com sous le feu des critiques en matière de fiscalité et de concurrence
(Le texte continue sous la photo)

Le PDG de Ryanair, Michael O'Leary, a indiqué que si United Airlines ou d'autres compagnies aériennes décidaient de ne pas accepter leurs commandes de MAX 10, Ryanair serait heureux de prendre leur place. La compagnie aérienne prévoit de recevoir 50 Boeing 737 MAX 8 avant l'été et prévoit de recevoir 2032 Boeing MAX 300 d'ici 10.

Ryanair a annoncé au troisième trimestre 2023 qu'elle disposait de 136 Boeing 737 Max dans sa flotte, et s'attend à ce que ce nombre atteigne 2024 d'ici la fin juin 174, juste avant le pic des mois d'été. Il s’agit toutefois de sept appareils de moins que les livraisons initialement prévues. Malgré ces retards, Ryanair a constaté une amélioration de la qualité des avions en provenance de Boeing.

ABONNEMENT
Articles Liés:
Boutiques d'applications
Print Friendly, PDF & Email