Image Pitane

Le Tribunal annule la décision autorisant une aide d'État de 3,4 milliards d'euros accordée par les Pays-Bas à KLM.

La Cour de justice européenne a récemment rendu une décision qui affecte l'industrie aéronautique et la réglementation en matière d'aides d'État dans toute l'Europe. Au cœur de cette tempête juridique se trouve la compagnie aérienne néerlandaise KLM, qui a reçu en 2020 une aide d'État de 3,4 milliards d'euros du gouvernement néerlandais pendant la crise du coronavirus. Cette injection financière, destinée à soutenir la compagnie aérienne pendant l'une des périodes les plus difficiles de l'histoire récente, a été déclarée illégale par la Cour de justice européenne.

histoire

En 2020, la Commission européenne a approuvé une aide de l'État néerlandais en faveur de KLM.
Ce soutien consistait en une garantie de l'État pour un prêt bancaire et un prêt de l'État. Le montant total de l'aide s'élevait à 3,4 milliards d'euros. L’objectif de cette mesure était de fournir à KLM des liquidités temporaires dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Cependant, en 2021, le Tribunal de l'Union européenne a annulé la décision de la Commission1 pour insuffisance de motivation quant à l'identification du bénéficiaire de la mesure en question. En outre, elle a décidé de suspendre les effets de l'annulation jusqu'à ce que la Commission ait adopté une nouvelle décision.

La Commission a ensuite adopté une nouvelle décision le 16 juillet 2021 dans laquelle elle a pris position selon laquelle l'aide d'État était compatible avec le marché intérieur et que KLM et ses filiales étaient les seules bénéficiaires de l'aide, à l'exclusion des autres sociétés du groupe. groupe Air France-KLM.

Lire aussi  Ryanair s'attaque aux agences de voyages en ligne après le retrait d'un vol

Ryanair

L'affaire, intentée par le concurrent Ryanair, tournait autour de la question de savoir si cette aide d'État créait une concurrence déloyale au sein de l'Union européenne. Ryanair a fait valoir que le soutien apporté à KLM avait non seulement conféré un avantage injuste à la compagnie aérienne néerlandaise, mais avait également profité indirectement à Air France, avec laquelle KLM forme une seule société au sein de la société holding Air France-KLM. La Cour de justice européenne a donné raison à Ryanair et a déclaré que la Commission européenne avait commis une erreur en approuvant l'aide d'État sans examiner minutieusement si l'aide bénéficierait uniquement à KLM ou également à Air France.

Les implications de cette déclaration sont significatives. Premièrement, il met en évidence la complexité et la sensibilité des régimes d’aides d’État au sein de l’Union européenne, en particulier dans les secteurs essentiels à l’économie et dans lesquels les entreprises sont étroitement liées au-delà des frontières nationales. Deuxièmement, cela crée un précédent quant à la manière dont des cas similaires pourront être évalués à l’avenir, avec des implications potentiellement considérables sur la manière dont les gouvernements peuvent soutenir leurs produits phares nationaux en temps de crise.

(Le texte continue sous la photo)
RyanAir
Photo : © Bleu Pitane - Ryanair

Dans son arrêt d'aujourd'hui, le Tribunal, devant lequel la compagnie aérienne Ryanair a fait appel, annule une nouvelle fois l'approbation de l'aide en question. Elle estime que la Commission a commis une erreur dans l'identification des bénéficiaires de l'aide d'État accordée en n'incluant pas la société holding Air France-KLM et Air France - deux sociétés faisant partie du groupe Air France-KLM - parmi les bénéficiaires à noter.

la décision de la Cour de Justice européenne soulève également des questions sur les relations futures entre les États membres de l'Union européenne et leurs compagnies aériennes nationales. À l’heure où l’industrie aéronautique se remet encore des conséquences de la pandémie de COVID-19, les gouvernements devront peut-être élaborer de nouvelles stratégies pour soutenir leur secteur aéronautique dans les limites du droit européen.

Lire aussi  Ryanair s'attaque aux agences de voyages en ligne après le retrait d'un vol

Pour KLM et le gouvernement néerlandais, cette décision signifie qu'ils devront peut-être retourner à la case départ pour trouver d'autres moyens de fournir un soutien qui soit à la fois efficace pour assurer la viabilité de la compagnie aérienne et conforme à la réglementation européenne. Cela pourrait conduire à des approches innovantes en matière d'aides d'État qui pourraient servir de modèle pour d'autres États membres et leurs compagnies aériennes nationales.

ABONNEMENT
Articles Liés:
FORFAIT DÉMARRAGE
Print Friendly, PDF & Email