Print Friendly, PDF & Email
Image Pitane

Le projet de loi garantit aux travailleurs indépendants également un revenu en cas d'incapacité de travail.

La loi sur l'assurance de base pour les travailleurs indépendants a récemment fait l'objet d'une consultation sur Internet. Cette consultation Internet donne aux citoyens, aux entreprises et aux institutions la possibilité d'obtenir des informations sur les propositions législatives via Internet et de faire part de leurs suggestions. Le projet de loi concerne l'assurance obligatoire contre la perte de revenus en cas d'invalidité pour les travailleurs indépendants. Cela peut se faire à la fois par le biais d’une assurance publique et d’une assurance privée qui répond à des conditions spécifiques.

La proposition a conduit à différentes réactions, notamment de la part des travailleurs indépendants préoccupés par les implications financières. Un chauffeur de taxi a répondu : « Je suis propriétaire d’une petite entreprise et je ne peux tout simplement pas me permettre de payer 175 euros par mois. » Cette décision met en lumière les inquiétudes quant au caractère abordable de l’assurance obligatoire pour les petits entrepreneurs.

Le projet de loi vise à garantir que les travailleurs indépendants perçoivent un revenu en cas d'incapacité de travail. Cela réduit les différences entre les salariés et les indépendants, ainsi que les différences entre les indépendants eux-mêmes. Pour de nombreux travailleurs indépendants, comme les chauffeurs de taxi et autres petits entrepreneurs, cela représente un changement important, car il n’existe actuellement aucune assurance invalidité obligatoire pour eux.

critique

Frank Hermans a exprimé sa critique de la proposition : « Le VVD a défendu l'indépendance et n'a pas vu venir la misère de centaines de milliers de personnes non assurées. Cette « solution » est trop peu, trop tard, mais mieux que rien. Ses propos reflètent la frustration de beaucoup qui estiment avoir attendu trop longtemps pour apporter une solution pour la sécurité sociale des travailleurs indépendants.

De nombreux travailleurs indépendants bénéficient actuellement d'une certaine sécurité sociale via une caisse de pain. Dans une caisse de pain, les adhérents reçoivent une aide financière en cas d'invalidité temporaire ou permanente pendant une durée maximale de deux ans. Une réponse à la proposition suggère : « Il semble donc logique et souhaitable qu'une exception soit faite pour les adhérents à la caisse du pain, afin qu'ils puissent souscrire une assurance qui ne leur sera versée qu'après deux ans d'invalidité. De cette manière, les membres du Bread Fund bénéficient en permanence d'un revenu en cas d'invalidité, la société n'encourt pas de coûts inutiles et les membres du Bread Fund peuvent souscrire une assurance nettement moins chère.

Lire aussi  Législation : le Conseil d'État critique les nouvelles mesures de sécurité routière
(Le texte continue sous la photo)
Photo : © Pitane Blue - Station de taxis de Scheveningen

Les inquiétudes concernant les coûts de l’assurance proposée sont largement partagées. Hoffmann de Den Bosch a déclaré : « Nous, les travailleurs indépendants, disposons de fonds de subsistance et d'autres moyens pour assurer notre sécurité financière. Environ 2400 euros par an, c'est ridiculement élevé pour ce qu'on nous propose : 1 an de carence pour une prestation égale au Smic. Cela constituera également un problème majeur, en particulier pour de nombreuses personnes qui envisagent de devenir indépendants, car les bénéfices sont souvent minimes au début.»

Le projet de loi introduit un délai d'attente de 52 semaines avant que la personne assurée puisse prétendre à des prestations d'invalidité. Cela signifie que les travailleurs indépendants doivent attendre un an avant de percevoir des allocations, ce qui est considéré comme irréaliste et financièrement irréalisable pour beaucoup.

Les réponses à la consultation Internet montrent un large éventail d'opinions et de préoccupations, principalement axées sur la charge financière qu'implique l'assurance obligatoire. Le projet de loi a clairement un impact sur les indépendants, qui indiquent déjà que la cotisation proposée de 175 euros par mois peut représenter une lourde charge.

Le gouvernement est désormais confronté à la tâche d'examiner attentivement ces réponses et de procéder aux ajustements possibles pour rendre la loi juste et réalisable pour tous les travailleurs indépendants concernés.

ABONNEMENT
Articles Liés:
blablabla
Lire aussi  Législation : le Conseil d'État critique les nouvelles mesures de sécurité routière