Print Friendly, PDF & Email
Image Pitane

Qu'est-ce qui va changer pour les entrepreneurs à compter du 1er juillet 2024 ?

À partir du 1er juillet 2024, les entrepreneurs seront confrontés à une série de nouvelles lois et réglementations qui auront un impact significatif sur leurs activités commerciales. L’un des changements les plus drastiques concerne l’utilisation des camionnettes électriques. A partir de cette date, le permis de conduire C3.500 est obligatoire pour les fourgons électriques pesant entre 4.250 1 et XNUMX XNUMX kilos. Auparavant, un permis de conduire B suffisait, mais cela va changer, ce qui signifie que les conducteurs doivent désormais obtenir un permis de conduire poids lourd pour pouvoir conduire ces véhicules. Cette règle s'appliquait auparavant aux fourgons non électriques, mais est désormais étendue aux variantes électriques.

Ce changement a des conséquences majeures pour de nombreux entrepreneurs, car de nombreux conducteurs de fourgons électriques ne disposent actuellement pas d'un permis de conduire important. Cela peut entraîner des coûts et des charges administratives supplémentaires, car les conducteurs doivent désormais suivre des cours de conduite et des examens supplémentaires pour obtenir le permis de conduire nécessaire. En outre, les nouvelles réglementations exercent une pression sur les entrepreneurs ayant des ambitions en matière de développement durable, car ils pourraient devoir opter pour des camionnettes à moteur diesel. Cela va à l’encontre des appels du gouvernement en faveur d’une plus grande durabilité et pourrait retarder considérablement les ventes de nouveaux fourgons électriques.

Permis de conduire B

Diverses organisations, dont VNO-NCW et MKB-Nederland, ont déjà appelé la Chambre des représentants à intervenir et à plaider en faveur d'une prolongation du régime de tolérance, tant qu'il n'y aura pas de nouvelle législation. Malgré ces appels, le projet est mis en œuvre comme prévu, ce qui constitue une déception pour de nombreux entrepreneurs.

Les entrepreneurs qui ont investi dans un véhicule utilitaire zéro émission d'une masse maximale autorisée de 1 2023 à 3.501 4.250 kilogrammes avant le 1er octobre XNUMX pourront continuer à le conduire après le XNUMXer juillet avec un permis de conduire B uniquement.

Après des discussions avec la Commission européenne et en consultation avec la ministre Karien van Gennip des Affaires sociales et de l'Emploi et du ministère public, Mark Harbers de l'Infrastructure et de la Gestion de l'eau a décidé de prolonger d'un an la situation de tolérance actuelle sous certaines conditions. Parallèlement, un nouvel arrêté administratif général (AMvB) est en cours d'élaboration. Le gouvernement sortant veut éviter que les entrepreneurs possédant un véhicule utilitaire zéro émission plus lourd n'aient des ennuis entre le 1er juillet 2024 et l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation européenne (la quatrième directive sur le permis de conduire).

(Le texte continue sous la photo)

Les employeurs de plus de 100 salariés doivent requis de CO2enregistrer les émissions de leur population. Cela inclut tous les déplacements professionnels et les déplacements domicile-travail. Ils doivent en rendre compte chaque année, au plus tard le 30 juin. Assurez-vous que votre administration est en ordre de soumettre des données en 2025. Vous pouvez choisir (en 2025) de déclarer uniquement le 2ème semestre 2024, ou l'ensemble de 2024. Les données dont vous avez besoin peuvent être trouvées dans le guide « Travaux de collecte de données ». -mobilité personnelle liée». 

salaire minimum

Les changements dans le domaine du droit du travail et de la sécurité sociale ont toujours lieu le 1er janvier et le 1er juillet. Le salaire minimum sera ajusté avec une augmentation de 3,09 pour cent. Pour les salariés de 21 ans et plus, cela signifie une augmentation de 41 centimes de l'heure, ce qui fait passer le salaire minimum pour les travailleurs à temps plein âgés de 21 ans et plus de 13,27 euros à 13,68 euros de l'heure. Cette augmentation salariale entraînera une hausse des coûts salariaux pour les employeurs, ce qui pourrait entraîner une charge financière supplémentaire, en particulier pour les petits entrepreneurs.

Toutefois, l'augmentation supplémentaire de 1,2 pour cent prévue en plus de l'indexation semestrielle n'aura pas lieu. Cela est dû à un vote négatif du Sénat, qui limite l'augmentation aux 3,09 pour cent susmentionnés. Non seulement les salariés, mais aussi les personnes bénéficiant d’une allocation AOW ou WW bénéficieront de cette augmentation. À partir du 1er juillet, les employeurs devront tenir compte des nouveaux montants et veiller à adapter en temps utile leur gestion de la paie pour répondre aux nouvelles exigences légales.

Cette série de changements signifie que les entrepreneurs doivent bien se préparer et devront peut-être adapter leurs opérations commerciales pour se conformer aux nouvelles lois et réglementations. Il est conseillé aux entrepreneurs d’obtenir des informations et des conseils en temps opportun sur les meilleures façons de faire face à ces changements, afin d’éviter des coûts et des complications inutiles.

ABONNEMENT
Articles Liés:
CDT