Print Friendly, PDF & Email
Image Pitane

La pollution sonore est un problème actuel qui touche de nombreuses personnes en raison de son impact négatif sur le cadre de vie.

Ilse Zeemeijer, chercheuse à l'Inspection de l'environnement humain et des transports (ILT), a mené une étude approfondie sur l'efficacité du système de permis, de surveillance et d'application (Système VTH) dans le domaine du son. La pollution sonore est un problème répandu qui touche de nombreuses personnes et qui provient de diverses sources telles que la circulation, les voisins, les avions et les terrains de padel. Cependant, malgré de nombreuses plaintes, peu d’infractions sont constatées lors des enquêtes sur le bruit. Cela soulève la question : pourquoi si peu de nuisances sonores sont-elles observées ?

Selon Zeemeijer, les gens sont souvent gênés par les bruits forts tels que les avions qui volent, les tramways hurlants et les camions qui passent. « Cependant, les experts évaluent généralement les plaintes sur la base de moyennes quotidiennes et annuelles », explique-t-elle. Cela signifie que les bruits forts sont compensés par des moments de silence relatif, ce qui entraîne une moyenne inférieure et souvent conforme aux normes légales. Ces normes sont également assez élevées, notamment par rapport aux directives de l'Organisation mondiale de la santé. Bien que de nombreux experts considèrent que travailler avec des moyennes est une bonne approche, ces calculs ne reflètent souvent pas l'expérience sonore réelle des résidents locaux. Cela crée un écart important entre la théorie et la pratique.

L'ILT souligne que la pollution sonore mérite plus d'attention et qu'il existe de nombreuses options pour toutes les parties concernées pour résoudre ce problème. Les autorités de surveillance et d'octroi de licences telles que les municipalités, les provinces, les services environnementaux et l'ILT elle-même pourraient mieux travailler ensemble et partager leurs connaissances pour trouver des solutions plus efficaces.

(Le texte continue sous la photo)
terrain de padel

Les citoyens ne savent souvent pas à qui s’adresser pour se plaindre de la pollution sonore. Trouver le bon compteur s'avère être une quête. Le compteur et la législation relative au bruit associée diffèrent selon la source de bruit.

La recherche montre que la pollution sonore mérite plus d’attention et que toutes les parties prenantes du système disposent d’options pour réduire la pollution sonore. Les parties au sein de ce système impliquées dans la surveillance et l'octroi de licences, telles que les municipalités, les provinces, les services environnementaux et l'ILT, peuvent s'entraider. En relevant ensemble les défis à relever, en partageant nos connaissances et en tirant davantage parti de l'expertise de chacun.

Lire aussi  Déclaration d'intention : le gouvernement reprend les tâches aériennes de Kiwa

densité de population

Ilse Zeemeijer souligne l'importance d'une approche commune. Grâce à une coopération et à un partage de connaissances plus intensifs, les contrôleurs et les autorités chargées des autorisations peuvent répondre plus efficacement aux plaintes et aux problèmes liés à la pollution sonore. Il est également crucial que les lois et réglementations autour des nuisances sonores soient révisées et adaptées aux réalités contemporaines et aux conseils sanitaires. Les normes actuelles ne parviennent pas à protéger la santé et le bien-être de la population.

Zeemeijer souligne également la demande croissante de logements, l'augmentation de la densité de population et l'augmentation du trafic, qui contribuent tous à l'augmentation des problèmes de bruit entre les citoyens, les entreprises et les gouvernements. La pollution sonore suscite déjà de nombreuses plaintes auprès des services environnementaux. «Les plaintes concernant la pollution sonore ne sont souvent pas prises au sérieux, même si elles peuvent avoir des conséquences importantes sur la santé», explique Zeemeijer. Un autre problème est que les gens ne savent souvent pas où déposer leurs plaintes, car les règles et les organisations responsables diffèrent selon la source de bruit. De plus, les riverains doivent parfois attendre longtemps avant que leur plainte soit traitée. Il existe donc de nombreux domaines d’amélioration dans la lutte contre la pollution sonore.

Il est également nécessaire de sensibiliser et d'informer davantage la population. Les gens doivent être mieux informés sur où et comment ils peuvent déposer leurs plaintes. Cela peut être fait grâce à des informations claires et accessibles information être fournis via divers canaux, tels que les sites Web municipaux, les brochures d'information et les campagnes. En simplifiant et en accélérant les procédures de plainte, les résidents locaux peuvent être aidés plus rapidement et plus efficacement.

Une autre solution possible réside dans le progrès technologique. Des techniques et des équipements innovants peuvent contribuer à mesurer la pollution sonore avec plus de précision et à mieux la cartographier. Cela conduirait à des mesures plus ciblées et plus efficaces pour réduire la pollution sonore.

Lire aussi  ILT : les fat bikes chinois ne respectent pas les règles, l'inspection intervient

Ilse Zeemeijer conclut qu'une action urgente est nécessaire pour combler le fossé entre la théorie et la pratique et prendre au sérieux la pollution sonore en tant que problème de santé et de bien-être. Le système VTH doit être amélioré pour mieux refléter le vécu quotidien des personnes souffrant de nuisances sonores. Grâce aux efforts conjoints de toutes les parties concernées et à l’utilisation de technologies modernes, des progrès significatifs peuvent être réalisés dans la lutte contre la pollution sonore.

ABONNEMENT
Articles Liés:
CDT